Escrime : l'Aveyronnais Bruno Gares élu pour "rassembler"

Abonnés
  • À 55 ans, l’Aveyronnais Bruno Gares devient président de la fédération française d’escrime.
    À 55 ans, l’Aveyronnais Bruno Gares devient président de la fédération française d’escrime. Archives A.P. -
Publié le

Avec plus de 300 voix d’avance face à la "sortante" Isabelle Spennato-Lamour, l’Aveyronnais est devenu samedi soir le nouveau président de la Fédération française d’escrime. Entretien.

Quel est votre sentiment après ce succès, qui vous amène à occuper la tête de cette fédération de 55 000 licenciés durant les quatre prochaines années ?

Je suis satisfait car j’ai monté une équipe qui est jeune, qui rajeunit. Des gens avec des compétences spécifiques, ce qui nous permettra d’aller de l’avant dans chaque domaine. Parce que l’idée de fond, c’est ce que va devenir notre fédération à l’horizon 2024 ou 2028. Je suis heureux et fier de ce résultat mais conscient que le plus dur ne fait que commencer, parce que j’ai bien l’intention de mettre en œuvre le projet ambitieux pour l’escrime que j’ai développé pendant ces longs mois de campagne.

Votre mandature sera marquée par une Olympiade capitale avec les Jeux de Paris 2024 en ligne de mire…

Les JO, il faut surtout travailler entre. Il faut travailler avec les clubs sur la formation pour l’avenir, l’accession au haut niveau et prendre de la hauteur pour les médailles de demain, qui se travaillent dès aujourd’hui.

Qu’est-ce qui a fait la différence selon vous avec la liste portée par votre adversaire ?

J’ai un projet. J’ai fait une campagne de projet… mais aussi de proximité. Je suis le premier maître d’armes à être président. Je suis un technicien, je connais le terrain, les formules, l’entraînement… j’ai vu toutes les versions de l’escrime française. J’ai une équipe dont je suis fier.

Quelles seront vos premières mesures en tant que président de la Fédération française d’escrime ?

Nous sommes dans un moment où il faut réunir et amener un maximum de soutien dans les clubs, aux présidents, maîtres d’armes, licenciés… Il faut rassembler, parce qu’une campagne, involontairement, ça fait des dégâts. Les gens ne sont pas d’accord, il faut se réunir et travailler pour l’avenir de tous. L’image qui m’a le plus marqué, dans cette campagne, ce sont les trois clubs de Nantes qui ne se parlaient plus depuis 15 ans et qui se sont rassemblés autour de mon projet et ont recommencé à communiquer.

Dans l’attente des retours des clubs affiliés, de Guadeloupe ou de Nouvelle-Calédonie, les résultats ne sont pas officiels à l’heure actuelle mais les projections vous donnent vainqueur…

La commission électorale ne les communiquera que dans les prochains jours mais nos comptages montrent un résultat clair en faveur de la liste que je conduis, nous devrions obtenir 55 % des suffrages. Je remercie l’ensemble des présidents et m’engage à œuvrer pour l’ensemble des acteurs de notre sport.

La crise sanitaire a eu raison d’un événement qui devait fêter en ce début d’octobre sa cinquantième édition.

"Jean-Michel Goubert, trésorier de l’Escrime Rodez Aveyron, ex-président et partenaire de toujours de Bruno Gares : Une grande satisfaction ! Un gars de chez nous à la tête de la Fédération, c’est pas tous les jours. Il doit être content parce que ça fait longtemps qu’il y travaille mais au vu de la conjoncture, du Covid-19, il va avoir un sacré boulot. Christian Teyssèdre, maire de Rodez : Il le mérite, son travail depuis 30 ans a été récompensé. C’est un éducateur hors pair, un expert dans ce sport. Il me tarde de partager un moment avec lui. Je suis sûr qu’avec lui la France regagnera des médailles à la prochaine olympiade. Les habitants de notre ville, de l’agglomération et du département peuvent être fiers de son élection.

En chiffres

 

  • 52 337. Le nombre de licenciés à la FFE lors de la saison 2019-2020 (clôture au 15 mars). Un chiffre en forte baisse. Le plus gros contingent de tireurs ayant été comptabilisé lors de l‘exercice 2008-2009 avec 66 808 licenciés. Au sein des fédérations dites "olympiques", le poids en nombre de licenciés de la FFE est ainsi comparable à ceux de la boxe, du canoë-kayak, du taekwondo ou encore du triathlon.
  • 118. La FFE peut se targuer d’être la plus grosse pourvoyeuse de médailles olympiques pour la France. 118 donc, dont 42 titres ! Ce qui lui confère cette place si spéciale.
  • 13. Les présidents qui se sont succédé jusque-là en gestion de la FFE, du général Brugère (1906) à Isabelle Lamour (depuis 2013).

AG prévue le 10 octobre

Si le résultat des votes en région, centralisé à Paris, est globalement connu depuis hier soir, l’officialisation de l’élection s’établira lors de la prochaine assemblée générale de la FFE qui doit se tenir le 10 octobre prochain en région parisienne.

JDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

564 €

LOCATION SANS AUCUN FRAIS D'AGENCE 3 Pièces situé sur le tour de ville à pr[...]

579600 €

Coeur de ville, investisseur, immeuble de rapport comprenant trois commerce[...]

350 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE- Une entrée, un WC, une cuis[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir