Espalion : le Manoir Alexandre, trente-cinq ans de succès au service du bon goût

Abonnés
  • Laurent Semenzin : "Nos racines nous ont légué autant le goût du travail bien fait, que l’amour des choses belles et bonnes."                                                                             DR
    Laurent Semenzin : "Nos racines nous ont légué autant le goût du travail bien fait, que l’amour des choses belles et bonnes." DR Repro CP -
Publié le

L’histoire du Manoir Alexandre est ancrée au cœur du département de l’Aveyron et s’inscrit dans une culture gastronomique locale, amoureuse des bonnes choses.

Les breloques trônent en bonne place dans le showroom de l’entreprise. Plus d’une cinquantaine, dont la moitié dans le plus beau métal, l’or, venues récompenser le savoir-faire de l’entreprise aveyronnaise. Conserveur depuis 1983, le Manoir Alexandre règne en maître sur son royaume. Spécialiste du foie gras – l’unité implantée à Espalion en traite 45 tonnes par an ! – cet étendard de la gastronomie aveyronnaise récite ses gammes dans le monde entier. Avec ses 150 produits au catalogue des gourmandises, elle rayonne dans plus d’une vingtaine de pays. Elle alimente aussi le réseau des ambassades françaises à l’étranger : signe supplémentaire de l’aura du conserveur.

À la tête d’une entreprise de 35 salariés, Laurent Semenzin apprécie. "À la fois occitanes et auvergnates, nos racines nous ont légué autant le goût du travail bien fait, que l’amour des choses belles et bonnes. C’est à ces valeurs que nous essayons d’être fidèles lorsque nous fabriquons nos produits." Un positionnement qui fait la part belle aux produits du terroir, "exclusivement français" souligne le boss, et permet à l’entreprise aveyronnaise d’enregistrer un chiffre d’affaires "de l’ordre de 6 millions d’euros."

Noël en ligne de mire

Pourtant, en 35 ans d’existence, jamais Le Manoir Alexandre n’avait eu à traverser un tel trou d’air. Avec la crise du Covid-19, les commandes ont fondu comme neige au soleil. "Nous travaillons avec les particuliers, qui, on peut le comprendre, n’avaient pas vraiment la tête à ça pendant le confinement. Nos produits ne sont pas indispensables… Quant aux restaurateurs, aux épiceries fines avec lesquelles nous avons l’habitude de travailler, les volumes écoulés sont très loin de la normale" déplore le chef d’entreprise, qui espère malgré tout se consoler avec les fêtes de fin d’année. "Il faut savoir que Le Manoir Alexandre enregistre 60 % de son chiffre d’affaires en trois mois. C’est la période charnière de notre activité. Malgré l’incertitude, on espère." En attendant, la boîte aveyronnaise n’a pas chômé pour être prête au rush des fêtes. "Nous ne nous sommes pas arrêtés pendant le confinement. Comprenez, pour assurer le volume de ventes habituel en cette période, pour faire le stock, il nous faut une année complète de production." Fin prêt, Le Manoir Alexandre veut y croire. "Mais le Covid change tout", valide Laurent Semenzin. A commencer par les moments de convivialité, de retrouvaille, sacrifiés sur l’autel de la distanciation sociale. "On espère retrouver très vite notre place sur les tables de fêtes" termine l’Aveyronnais.

JDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

277 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE Pièce principale avec coin c[...]

179000 €

A VENDRE- Cet appartement T4 de 108 m², à proximité du centre ville, bénéfi[...]

441 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE Hall d'entrée avec placard p[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir