Avec Marc et Anglars, l’Aveyron penche toujours à droite

Abonnés
  • Jean-Claude Anglars et Alain Marc représenteront l’Aveyron au Sénat.  Ils ont été soutenus jusqu’au bout par Jean-Claude Luche, ancien pensionnaire du palais du Luxembourg (ci-dessous).
    Jean-Claude Anglars et Alain Marc représenteront l’Aveyron au Sénat. Ils ont été soutenus jusqu’au bout par Jean-Claude Luche, ancien pensionnaire du palais du Luxembourg (ci-dessous). Photos M. Roualdés
  • Luche cède sa place à son suivant de même bord politique.
    Luche cède sa place à son suivant de même bord politique. Centre Presse - Mathieu Roualdès
  • "On interdit les rassemblements de plus de 30 personnes mais nous sommes 900 dans une même salle des fêtes aujourd’hui !", ont fait remarquer plusieurs élus, à l’esprit caustique. Et il est vrai que la distanciation sociale n’était pas franchement au rendez-vous autour des bureaux de vote ruthénois même si le port du masque était scrupuleusement respecté par tous… sous les yeux avertis de la préfète, Valérie Michel-Moreaux.
    "On interdit les rassemblements de plus de 30 personnes mais nous sommes 900 dans une même salle des fêtes aujourd’hui !", ont fait remarquer plusieurs élus, à l’esprit caustique. Et il est vrai que la distanciation sociale n’était pas franchement au rendez-vous autour des bureaux de vote ruthénois même si le port du masque était scrupuleusement respecté par tous… sous les yeux avertis de la préfète, Valérie Michel-Moreaux. Centre Presse - Mathieu Roualdès
Publié le

Sans surprise, les grands électeurs du département ont renouvelé leur confiance aux représentants du centre et de la droite, dimanche.

Un seul tour aura suffi. Et il aura été sans appel : les grands électeurs aveyronnais, élus, députés et autres conseillers départementaux, ont renouvelé leur confiance à Alain Marc et plébiscité Jean-Claude Anglars pour succéder à Jean-Claude Luche au Palais du Luxembourg. Maire de la petite commune de Sébrazac, dans le Nord-Aveyron, président du Service départemental d’incendie et de secours (Sdis), ce père de famille siégera pour la première fois à la chambre haute. "J’en suis extrêmement honoré. Représenter mon département à un tel niveau, c’est une véritable fierté", s’est-il exclamé, le visage et les yeux rougis par l’émotion, après la proclamation des résultats, dans l’après-midi.

Les représentants de la majorité présidentielle Florence Cayla et Patrice Panis, respectivement maires de Sébazac et de Lédergues, n’ont quant à eux pu échapper à une déconvenue attendue, LRM souffrant d’un ancrage local. "Les élus aveyronnais sont trop conservateurs", ont-ils regretté… Pour le Parti socialiste et ses représentants, ce scrutin est également une nouvelle douche froide quand les écologistes, s’ils gagnent un peu de terrain comparé à 2014, ne parviennent toujours pas à convertir les territoires ruraux. D’autant plus lors d’une élection indirecte faisant la part belle, voire surreprésentant, les élus des petites communes.

Ces "apolitiques" lors des campagnes municipales ont finalement de nouveau penché vers le centre et la droite, dans le secret d’un isoloir. Ils ont également suivi les consignes de la majorité départementale appelant, par la voix de son président Jean-François Galliard, avant l’élection à une certaine "continuité". à Jean-Claude Anglars de l’incarner à Paris désormais. "On fera tout pour l’Aveyron !", a-t-il déjà fait savoir, après son élection. Sans pour autant ouvrir les futurs dossiers à résonance locale de ces prochaines années. Hier, il était encore temps de savourer. Après une campagne des sénatoriales qu’un Alain Marc, fin connaisseur de la politique, a qualifiée de "plus dure de toutes". À ses côtés, Jean-Claude Anglars se remémorait, lui, les "270 communes visitées" pour y gagner la confiance et le vote des élus. Dans le plus grand secret d’un jeu politique propre aux élections sénatoriales.

Le scrutin

900 inscrits, 890 votants, 857 exprimés

  • Alain Marc (Mouvement radical) : 522 voix, 60,91 %, élu au premier tour.
  • Jean-Claude Anglars (Les Républicains) : 471 voix, 54,95 %, élu au premier tour.
  • Florence Cayla (Majorité présidentielle) : 160 voix, 18,66 %.
  • Jean-Louis Denoit (Parti socialiste) : 133 voix, 15,51 %.
  • Patrice Panis (Majorité présidentielle) : 131 voix, 15,28 %.
  • Pierre Pantanella (Parti socialiste) : 115 voix, 13,41 %.
  • Claudine Bonhomme (EELV) : 53 voix, 6,18 %.
  • Jérôme Czaplicki (EELV) : 50 voix, 5,83 %.
  • Jean-Luc Calmels (Divers gauche) : 19 voix, 2,21 %.
  • Bruno Leleu (Rassemblement national) : 8 voix, 0,93 %.

 

 

Ils ont dit

  • ALAIN MARC Je suis très heureux du résultat et de la campagne extrêmement courtoise entre tous les concurrents. J’ai énormément travaillé durant six ans, avec tout le monde, et cela a été reconnu. Les élus et les Aveyronnais pourront toujours compter sur nous. Je tiens également à saluer mon ancien complice Jean-Claude Luche, j’ai pris un énorme plaisir à œuvrer à ses côtés. Et ce sera pareil avec Jean-Claude Anglars pour les six années à venir.
  • JEAN-CLAUDE ANGLARS Je suis très ému et très honoré de représenter notre département au Sénat. On se battra pour l’Aveyron. Durant la campagne, j’ai rencontré les élus de 270 communes et cela a toujours été constructif. On fera tout pour faire grandir ce beau département.
  • FLORENCE CAYLA-PATRICE PANIS Nous sommes forcément déçus de ce résultat, malgré le bon accueil reçu par tous les grands électeurs durant la campagne. Mais, les élus aveyronnais n’ont pas envie de renouveau, ils sont conservateurs. Je ne pense pas que l’étiquette de la majorité présidentielle ait joué en notre défaveur même s’il est toujours plus difficile de représenter le pouvoir en place. Nos sénateurs doivent désormais œuvrer pour un urbanisme beaucoup moins contraignant pour nos petites communes et une meilleure couverture médicale. Durant la campagne, nous avions proposé de contraindre les jeunes médecins à venir s’installer en zone rurale à la sortie de l’école…
  • JEAN-LOUIS DENOIT On est quand même déçu qu’il n’y ait pas eu de second tour. Nous étions sans grande illusion sur le score, mais ce résultat nous permet d’y voir plus clair.
  • CLAUDINE BONHOMME Nous ne sommes pas très étonnés, on a senti un retour vers les valeurs de droite, les élections municipales l’avaient montré. Nous sommes par ailleurs plutôt satisfaits avec 53 voix, alors que nous en avions 20 aux précédentes élections. Cela démontre que certains élus ont une sensibilité écologique.
  • BRUNO LELEU Huit voix, mais huit voix quand même ! Il y a un gros travail de fond à effectuer au niveau de l’Aveyron, notamment en termes de formation locale pour avoir plus de voix la prochaine fois. C’est une élection de barons et de notables installés mais je tiens à féliciter le sortant pour sa réélection. Désormais nous allons travailler sur les élections départementales et régionales.
Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
Réagir