Pourquoi mange-t-on un mooncake à l'occasion de la fête de la lune en Asie ?

  • Voici un mooncake traditionnel
    Voici un mooncake traditionnel AFP PHOTO/MIKE CLARKE
Publié le

(ETX Studio) - Il est petit et mesure 10 cm à peine. Il est tout doré et se dévore en trois bouchées. Le mooncake, c'est le délice incontournable de la fête de la mi-automne qui débute le jeudi 1er octobre. La Chine, mais aussi Hong Kong, la Malaisie, les Philippines ou encore le Vietnam dévorent cette gourmandise traditionnelle, censée être symbole de bonheur. 

Deuxième plus grand événement dans la culture chinoise après le Nouvel An, le festival de la mi-automne - que l'on nomme aussi fête de la lune, a lieu traditionnellement au 15e jour de la huitième lune dans le calendrier chinois. Cette tradition remonte à plus de 3.000 ans lorsqu'on priait la lune d'amener de bonnes récoltes. Encore aujourd'hui, les familles chinoises se rassemblent pour ne pas manquer ce rendez-vous, pendant lequel on allume des lanternes en papier. Au cours de ce festival, dont la pratique s'est étendue à une large partie de l'Asie, depuis le Vietnam jusqu'aux Philippines en passant par la Malaisie et le Japon, on confectionne et/ou on s'échange des mooncakes. Littéralement, des gâteaux de la lune. Tout ronds, leur forme évoquerait le rassemblement familial. Dans la croyance chinoise, ces petits délices symbolisent aussi le bonheur. N'est pas mooncake le gâteau qui ne porterait pas la calligraphie chinoise signifiant "longévité". Pour représenter la pleine lune, le gâteau cache en son coeur généralement un jaune d'oeuf fermenté de canard.

Plusieurs légendes expliquent le lien du mooncake avec le festival de la mi-automne. L'une d'elles rapporte que le mooncake aurait joué un rôle prépondérant dans la rébellion chinoise contre les Mongoles à la fin de la dynastie Yuan entre 1280 et 1368. Zhu Yuanzhang est un rebelle et a l'idée de distribuer à la population chinoise des petits gâteaux dans lequel il glisse un message appelant ses compatriotes à lever les armes au 15e jour de la huitième lune. Le plan fonctionne et le leader devient l'empereur fondateur de la dynastie Ming. 

La coutume du mooncake remonterait à encore plus loin dans l'histoire selon une autre explication. L'empereur Taizong, qui régna de 626 à 649, reçut en cadeau des gâteaux à l'occasion d'une victoire contre des tribus nomades d'Asie centrale réalisée au 15e jour de la huitième lune. Le leader aurait partagé le présent avec ses ministres et en aurait fait alors une tradition. 

Quel goût a le mooncake ?

Il n'y a pas une seule et unique recette de mooncake. S'il s'agit souvent d'en confectionner en famille, le type d'ingrédients diffère surtout selon les régions. La version la plus traditionnelle est à base d'un mélange d'amandes, de noix et de graines de courge et sésame, que l'on agglomère avec du porc rôti. L'autre recette qui fait souvent office de référence repose sur un ingrédient très utilisé dans les pâtisseries asiatiques : la pâte de haricots rouges. La mâche est dense, élastique, avec une saveur très douce.

A Guangzhou, et dans le sud-est de la Chine, on utilise de la pâte de graines de lotus. Mais compte tenu du prix élevé du produit, celui-ci a tendance à être remplacé par de la pâte de haricots rouges. A Hong-Kong, on se différencie encore plus en ne passant pas les mooncakes au four. On utilise... du riz gluant surgelé ! On ajoute parfois du jus de fruits pour colorer cette pâte d'un blanc éclatant. On ne s'interdit rien pour préparer ce gâteau typique, pas même de les fourrer aux légumes, aux fruits, au chocolat, voire aux fruits de mer ! 

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir