Salles de yoga fermées: un "nouveau confinement" pour le corps mais aussi "l'esprit"

  • Les studios de yoga ont dû fermer dans plusieurs grandes villes en raison des nouvelles consignes sanitaires
    Les studios de yoga ont dû fermer dans plusieurs grandes villes en raison des nouvelles consignes sanitaires yoga iyengar / IStock.com
Publié le , mis à jour

(AFP) - A l'instar des salles de sport, les studios de yoga ont dû fermer dans plusieurs grandes villes en raison des nouvelles consignes sanitaires, une situation "ubuesque" pour les exploitants qui craignent un lourd impact pour leur secteur, mais aussi sur "la santé du corps et de l'esprit".

"Zen, mais en colère: avec zéro +cluster+ déclaré depuis la réouverture, était-il logique de nous refermer, nous?", déplorent dans une tribune plus de cent exploitants, représentant plusieurs centaines de salles de yoga à Paris et en région - alors que quelque trois millions de Français déclarent pratiquer cette discipline, selon l'institut Kantar.

Le texte collectif, publié dans plusieurs médias et sur les réseaux sociaux ces derniers jours, fait suite aux nouvelles consignes du gouvernement pour endiguer la progression du Covid-19, dont la décision de fermer depuis ce lundi les salles de sports dans les zones d'alerte renforcée, comme Paris.

Dénonçant une "décision ubuesque et arbitraire", les signataires demandent au gouvernement de "reconsidérer sa position qui, si elle est maintenue, tuera des milliers d'emplois".

"Nous pointer du doigt est injuste, les statistiques nous donnent raison, on est à moins de 0,1% de cas de Covid-19 dans les salles de sport. Alors, nous faire passer pour des lieux de contamination et de propagation est inacceptable", dénonce à l'AFP Élodie Garamond, fondatrice des studios Tigre Yoga Club (cinq sites à Paris, Neuilly et Lyon), à l'initiative de la tribune.

Selon elle, "il n'y a aucune raison valable de fermer les salles de yoga. Nous avions déjà réduit la présence dans les cours de 40%, fermé vestiaires et casiers, nous ne prêtions plus de matériel, la désinfection était renforcée, et surtout nous avions une traçabilité parfaite des élèves".

- "vecteurs de bien-être" -

"Pourquoi on punit les pratiquants? En plus, le trou d'air dans nos trésoreries va être dramatique", souligne Mme Garamond, qui indique avoir déposé mardi un référé-liberté devant le tribunal administratif pour demander la réouverture au plus vite de ses studios.

"Nous avons une quarantaine de salariés, et quelque 300 auto-entrepreneurs, comme des masseurs. Depuis mars, nous avons -65% de chiffre d'affaires, et les cours en ligne, ça ne paie pas les loyers", fustige-t-elle.

"On était déjà tous en grande difficulté, on n'a pu rouvrir qu'en juin, après trois mois de fermeture totale. Là, c'est comme un nouveau confinement", renchérit Véronique Maillet, fondatrice des centres Qee (Paris, Levallois, Boulogne, Aix-en-Provence) qui proposent des cours de yoga, mais aussi d'autres pratiques douces comme le pilates ou la barre au sol.

"Nous sommes des vecteurs de bien-être, plus qu'autre chose", met en avant Mme Maillet, qui prépare également un référé pour contester la décision gouvernementale.

Dans leur tribune, les professionnels déplorent ainsi de "ne plus pouvoir offrir d'espaces de respiration et de calme aux habitants des grandes villes sous tension" et de "ne plus pouvoir contribuer au mouvement de prévention santé du corps et de l'esprit dont nous avons plus que jamais besoin à l'orée d'un automne horribilis".

Nerea, qui pratique assidûment le yoga depuis des années, explique à l'AFP que ses cours vont "vraiment lui manquer. Pendant le confinement, j'ai beaucoup télétravaillé sur ordinateur, ce qui m'a donné des douleurs lombaires. Retourner au yoga m'a fait un bien fou, a fait partir mes contractures et amélioré mon sommeil".

A présent, "je suis privée d'une pratique qui m'apporte un vrai réconfort, une détente, un apaisement pendant une semaine souvent stressante. Et j'ai du mal à suivre des cours en ligne, personne ne corrige vos postures, on peut se faire mal...", souligne cette Parisienne qui va du coup se tourner vers un ostéopathe pour "soulager" son dos.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir