France 2 lance samedi "Spectaculaire", son nouveau divertissement dédié au spectacle vivant

  • La chaîne, qui s'est séparée de l'animateur Patrick Sébastien l'année dernière, est allée chercher son nouveau maître de cérémonie chez TF1 en la personne de Jean-Marc Généreux.
    La chaîne, qui s'est séparée de l'animateur Patrick Sébastien l'année dernière, est allée chercher son nouveau maître de cérémonie chez TF1 en la personne de Jean-Marc Généreux. VALERY HACHE / AFP
Publié le , mis à jour

(AFP) - Magie, numéro aérien, danse acrobatique... Près d'un an et demi après la fin du "Plus grand cabaret du monde", France 2 lance samedi soir "Spectaculaire", son nouveau divertissement dédié au spectacle vivant du monde entier, une "prouesse" en pleine crise sanitaire.

La chaîne, qui s'est séparée de l'animateur Patrick Sébastien l'année dernière, est allée chercher son nouveau maître de cérémonie chez TF1 en la personne de Jean-Marc Généreux, le juré québécois de "Danse avec les stars".

Au total, 12 numéros issus de toutes les disciplines seront soumis au jugement du public, qui décernera un trophée à la fin de l'émission, également ponctuée de performances de la danseuse Marie-Claude Pietragalla et des chanteurs M.Pokora, Amir et Louane.

Vantant une esthétique modernisée, les producteurs du programme se sont appuyés sur la technologie du "mapping", qui permet de projeter des décors en 3D pour "sublimer" chaque numéro, selon Matthieu Grelier, directeur des programmes d'ITV Studios France, qui produit également "The Voice".

"On va passer d'un opéra à un cirque, à une foret magique" à "un château suisse, à des fonds sous-marins..." avec "à chaque fois un décor sur mesure", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse.

De quoi dépoussiérer le genre, comme le souhaitait la PDG de France Télévisions, Delphine Ernotte. Dans une interview publiée vendredi dans l'édition française de Forbes, la dirigeante du groupe public a déclaré avoir proposé à Patrick Sébastien "d'évoluer, de moderniser le concept" du "Plus grand cabaret du monde". Mais "il a décliné", a-t-elle déploré, assurant qu'elle aurait "préféré" le garder à l'antenne.

"Le spectacle vivant ne s'arrête pas avec Patrick Sébastien" et c'est la "mission du service public" de "continuer à (le) mettre en lumière", a insisté Alexandra Redde-Amiel, la directrice des divertissements et variétés du groupe, saluant la "prouesse" des équipes en "période Covid".

De fait, il a fallu conjuguer les nouvelles normes sanitaires aux "conditions de sécurité inhérentes" à ce type de spectacle, avec des artistes "à 12 mètres du sol ou pieds et poings liés sur des véhicules", a rappelé le producteur Clément Chovin (Kiosco).

Un "casse-tête" d'autant plus qu'une centaine d'artistes d'une vingtaine de nationalités différentes ont été sollicités par la production, qui s'est employée à respecter les protocoles de chaque pays.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir