La salle d’accueil sera baptisée prochainement "salle Pierre-Beffre"

Abonnés
  • Après deux ans de fermeture, la rue Brassat devrait être rouverte à la circulation.
    Après deux ans de fermeture, la rue Brassat devrait être rouverte à la circulation.
Publié le

C’est à la salle d’accueil, dont l’acoustique n’a une fois de plus pas facilité la clarté des débats, que les élus aubinois, masqués, se sont retrouvés, jeudi soir, pour une séance de conseil municipal.

"Suite au renouvellement du conseil municipal, il nous faut constituer une nouvelle commission communale des impôts directs qui sera composée de 16 titulaires et autant de suppléants", explique le maire, Laurent Alexandre qui, se tournant vers l’opposition, lui propose d’occuper les deux places de titulaires qui restent à pourvoir. Christine Delpouve et Brigitte Rodriguez se sont portées volontaires.Une question adoptée à l’unanimité comme le seront d’ailleurs, toutes celles inscrites à l’ordre du jour.

Élu deux fois maire

La salle d’accueil s’appellera désormais "salle Pierre-Beffre". Le maire aubinois, Laurent Alexandre, retrace le parcours de Pierre Beffre, " un homme politique qui a laissé son empreinte sur notre commune. Élu deux fois maire, de 1995 à 2008, après avoir été adjoint sur deux mandatures, celle de Lucien Mazars, de 1983 à 1989, et de Robert Debuchy, de 1989 à 1995. Un homme affable qui aimait s’impliquer dans la vie de sa commune, qui soutenait le monde associatif et que nous avons tous connu et apprécié". Sans s’opposer, le conseiller d’opposition, André Martinez, "s’interroge sur l’urgence de cette question, estimant qu’en cette période de Covid-19, il y a sans doute d’autres urgences à traiter. "Sans contester le parcours de Pierre Beffre, je me demande pourquoi attribuer son nom à cette salle et pourquoi pas à celui de Robert Debuchy ancien maire lui aussi". "Pourquoi ne l’avez-vous pas fait au cours de vos deux mandats ?", lui répond Laurent Alexandre.

Résorption du bâti délabré

En suivant, il s’est agi de l’acquisition de parcelles, sises au 19 et 21, rue Brassat pour l’euro symbolique. Les frais notariaux seront à la charge de la ville. "Ces acquisitions s’inscrivent dans le programme de Résorption du bâti délabré et elles sont doublées par un problème sécuritaire. En outre, cela nous permettra de faciliter les travaux incombant à la commune, sur le mur pignon de la maison mitoyenne sise au n° 23 de cette rue. Avez vous fait évaluer la stabilité du terrain par un maître d’œuvre ? Qui parle d’acquisition de bâti délabré entend également démolition, je suppose portée par Decazeville Communauté. Quels aménagements avez-vous prévus en lieu et place ? Dans quels délais vont être entrepris les travaux ? Il y a d’autres bâtis délabrés sur ce secteur et sur Aubin. Est-ce que vous comptez agir de la même manière ?", interroge André Martinez.

"L’analyse des sols est prévue, quant au délai, nous espérons réaliser ces travaux très rapidement, car après deux ans de fermeture de la circulation, l’exaspération des riverains est palpable. Concernant le bâti délabré sur Aubin, vous avez raison, il y a à faire. Avec Decazeville Communauté (DC), on travaille sur ce sujet, sachant que pour les deux collectivités, DC et la mairie d’Aubin, l’ambition est d’en faire disparaître le plus possible", répond le maire Laurent Alexandre.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
ROBERT LOURENCO
Voir les commentaires
L'immobilier à Aubin

125000 €

Aubin : Maison de type 4 avec jardin, comprenant en plain-pied de vie : ent[...]

60850 €

A négocier Immeuble de rapport Situé sur l'Avenue Jules Cabrol à AUBIN, imm[...]

120000 €

A VENDRE-Immeuble à usage locatif comprenant 3 appartements loués + possibi[...]

Toutes les annonces immobilières de Aubin
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?