Quand les élus de Rodez Agglo dénoncent le PLU de… Bozouls

Abonnés
  • Jean-Philippe Sadoul, maire  de Luc-la-Primaube, ici aux côtés du président de l’Agglo, Christian Teyssèdre.
    Jean-Philippe Sadoul, maire de Luc-la-Primaube, ici aux côtés du président de l’Agglo, Christian Teyssèdre. José A. Torres
  • Jean-Luc Camelly, maire de Bozouls. Jean-Luc Camelly, maire de Bozouls.
    Jean-Luc Camelly, maire de Bozouls. repro cpa
Publié le

Mardi soir, les maires de l’agglomération ruthénoise ont émis un avis défavorable et de nombreuses critiques sur le plan de développement de la commune voisine… Plusieurs élus, dont le maire de Bozouls, y voient une forme "d’ingérence".

Accueil de 400 habitants supplémentaires d’ici 2030, création de 300 logements, extension de la principale zone d’activité principale de la commune de 23 hectares… Le nouveau plan local d’urbanisme (PLU) de la commune de Bozouls n’est pas franchement du goût des maires de l’agglomération ruthénoise. Ils ne se sont d’ailleurs pas fait prier pour le dire, mardi soir lors d’un conseil communautaire à la salle des fêtes de Rodez, notamment par la voix de Jean-Philippe Sadoul, maire de Luc-la-Primaube.

"Disproportionné", "trop ambitieux", "pas très vertueux"… Les critiques ont fusé. Et ont surtout fait réagir. À Bozouls bien évidemment (lire ci-contre) mais également au sein même de l’agglo ruthénoise où les opposants Alain Picasso et Serge Julien n’ont pas hésité à parler " d’ingérence " ! " Je dénonce cette absence de solidarité entre voisins, vos arguments sont fallacieux et erronés ", a notamment lancé le premier en direction du maire primaubois quand le second, lui, a évoqué une " certaine condescendance ", voire "une provocation". "Veut-on entraver le développement des communes hors agglomération ? Leurs élus ne sont pas plus incompétents, ni irresponsables que nous ! Qu’aurions-nous dit s’ils s’étaient permis d’avoir un avis sur nos décisions comme cela ?", s’est-il interrogé.

"On n’a rien contre Bozouls", tempère Christian Teyssèdre

Mais alors, qu’est-ce qui peut bien déranger les maires de l’agglo ruthénoise dans ce nouveau plan de développement de leur commune presque voisine ? Selon Jean-Philippe Sadoul, le hic vient surtout du projet d’extension de la zone d’activité des Calsades de 23 hectares. " C’est disproportionné. A l’Agglo, nous sommes sur un rythme de 0,8 ha par an, là c’est 23 en 10 ans pour une seule commune ! Surtout, cela va à l’encontre du schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (Sraddet) voté au Département, sans oublier qu’on ne doit pas perturber le commerce de centre-bourg avec ces artificialisations ", a-t-il indiqué même si le projet d’extension de la zone d’activité bozoulaise prévoit déjà plus de 7 hectares pour un nouveau projet d’énergies renouvelables de l’entreprise Braley et le développement de plusieurs artisans et industriels du coin… Quant à l’équilibre avec le commerce de centre-bourg, "cela n’a rien à voir", s’insurge Jean-Luc Calmelly évoquant davantage la concurrence de la zone de l’Estreniol, sur le territoire de l’Agglo (lire ci-contre). Ambiance, ambiance.

"Le mot d’ingérence est beaucoup trop fort : la loi nous demande de se positionner sur ce PLU, on le fait. Et même si je n’ai pas l’étiquette ‘‘vert’’, on ne peut pas laisser passer une telle artificialisation des terres", a conclu le président de l’Agglo, Christian Teyssèdre, mardi soir, soulignant n’avoir "rien contre Bozouls, une ville dynamique". Suffisant pour apaiser le débat ? On en doute.

Jean-Luc Calmelly : « Je suis tombé de ma chaise ! »

Jean-Luc Calmelly dit n’avoir « jamais vu ça ». « Certes, les collectivités doivent se positionner sur les PLU des communes voisines mais de là à émettre un avis défavorable et en faire un débat, je suis extrêmement étonné », explique le maire de Bozouls, n’hésitant pas à qualifier la manœuvre des élus de l’agglomération ruthénoise « d’ingérence ».
« Ce qui me choque d’autant plus, c’est que le rapporteur de cette délibération (Jean-Philippe Sadoul) n’ait même pas pris la peine de me passer un coup de fil pour en discuter. J’ai l’impression d’avoir des donneurs de leçons en face de moi… Il y a une vie à côté de Rodez et développer ma commune reste ma priorité », poursuit-il, rappelant que la zone d’activité de Bozouls n’est nullement concurrentielle avec le commerce de centre-bourg puisqu’elle n’accueille que des entreprises artisanales et industrielles. « Ce qui concurrence nos commerces, ce sont les grandes zones commerciales de l’agglomération de Rodez, comme celle de l’Estreniol ! », souligne l’édile dont les retrouvailles avec son camarade primaubois de la majorité départementale promettent…
« Il y a une motivation derrière cette manœuvre mais je n’arrive toujours pas à savoir laquelle… Si c’est politique, c’est triste pour nos territoires qui devraient travailler en bonne entente », rappelle encore celui qui a fait la quasi-unanimité lors des dernières élections municipales à Bozouls avec près de 80 % des suffrages.

 

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
L'immobilier à Bozouls

155000 €

CURLANDE : Dans une coquette résidence, je vous invite à découvrir ce bel a[...]

92000 €

Nouvelle résidence dans le centre-ville de Bozouls !!! Immeuble de standing[...]

98400 €

EXCLUSIVITE !! Au coeur de BOZOULS dans une résidence récente sécurisée. Ag[...]

Toutes les annonces immobilières de Bozouls
Réagir
Les commentaires (1)
raynalj Il y a 1 mois Le 09/10/2020 à 14:42

c est le gouvernement actul