Hugo Bobek (Onet) : "Il faut en profiter"

Abonnés
  • Hugo Bobek, 29 ans, évolue  à Onet depuis 2019. Hugo Bobek, 29 ans, évolue  à Onet depuis 2019.
    Hugo Bobek, 29 ans, évolue à Onet depuis 2019. Archives JLB
Publié le , mis à jour

Le milieu de terrain et capitaine castonétois revient sur la grosse performance dimanche des siens, qui ont éliminé Béziers (N2) aux tirs au but (2-2, 4-1) lors du 5e tour de la Coupe de France.

Quelle est votre analyse à froid de votre prestation collective après cette qualification pour le 6e tour de la Coupe de France face à une équipe de Béziers évoluant pourtant en championnat deux divisions au-dessus de vous ?

Nous sommes très satisfaits, sur tous les points. Le collectif a respecté les consignes données. Chacun a répondu présent dans son secteur. Le seul bémol, c’est l’après-égalisation, cela nous a fait mal.

Justement, comment expliquez-vous la différence entre la qualité de votre première période et le coup de mou entre la 46e et la 70e amenant deux buts biterrois ?

Nous avions utilisé beaucoup d’énergie lors de la première mi-temps pour ne pas leur laisser d’espaces. Inconsciemment, il y a peut-être eu un petit relâchement. C’est difficile de durer 90 minutes sur ce rythme. Nous n’avons pas l’habitude de jouer contre des équipes de ce niveau.

Que vous dites-vous, quand après avoir mené 1-0 à la pause, Béziers retourne la situation pour passer devant 2-1 à la 68e ?

C’est un sentiment partagé, mais nous savions qu’il n’y a plus de prolongation et qu’un but nous suffisait pour revenir à égalité. Il restait 20 minutes pour pousser et ne rien regretter. Nous n’avions d’autres choix que de tout donner et cela a payé.

Quel a été le déclic ? Qu’est-ce qui fait que vous y croyez encore et que vous reprenez l’ascendant dans le dernier quart d’heure ?

J’ai essayé de l’impulser, de remotiver tout le monde. Comme je disais, un but suffisait d’autant que nous nous sommes procuré beaucoup d’occasions dans le dernier quart d’heure. Nous avons même la balle de 3-2 après avoir égalisé mais Bala (Fofana) était au bout, il n’en pouvait plus (rires).

Vous revenez au score à dix secondes du terme. La confiance change de camp à ce moment-là ?

C’est certain. Nous avons terminé fort et nous aurions même pu éviter les tirs au but. Et puis derrière, nous tirons en premier, ce n’est pas pareil.

Comment avez-vous vécu cette séance ?

C’était idéal. Rémi (Bonnet) nous met bien en arrêtant le premier, puis le troisième. C’est une épreuve de précision. Le contexte est totalement différent, j’ai d’ailleurs parlé aux tireurs pour les déstresser un peu. Car tu ne tires pas un penalty à l’entraînement là.

Alors que le tirage doit se dérouler ce jeudi, avez-vous un souhait pour le prochain tour ?

On prendra tout ce qu’on nous donne. Un petit pour passer un tour de plus oui. En revanche, même face à un petit (le week-end du 1er novembre, NDLR), il faudra mettre les mêmes ingrédients que contre Béziers pour passer.

Comment s’est déroulé l’après-match, ça a dû être joyeux ?

Oui, nous sommes allés manger ensemble dans un restaurant ruthénois. Il faut en profiter. Le problème, c’était plutôt le boulot ce lundi matin (rires).

Propos recueillis par Mickaël Nicolas
Voir les commentaires
L'immobilier à Onet-Le-Château

186000 €

Appartement de type 6 en triplex d'environ 134 m² habitable, au premier niv[...]

235 €

Situé à proximité des commodités, studio semi-meublé composé d'une pièce pr[...]

115000 €

Onet Le Château - Appartement T4 situé au premier étage de la résidence. Il[...]

Toutes les annonces immobilières de Onet-Le-Château
Réagir