Le crématorium de Rodez sur de bonnes bases

Abonnés
  • L’équipement ruthénois est le deuxième du département à être mis en service.
    L’équipement ruthénois est le deuxième du département à être mis en service. repro cpa
Publié le

Ouvert début 2020 l’équipement ruthénois devrait clore sa première année d’exploitation avec un nombre de crémations au-delà des prévisions.

Après un peu plus de neuf mois d’exploitation – le premier corps a été crématisé le 27 janvier, quelques jours avant l’inauguration de l’équipement, le 6 février – l’heure du premier bilan a sonné pour les exploitants du crématorium ruthénois. Ce dernier est le second à avoir ouvert ses portes au niveau départemental, une quinzaine d’années après celui de Capdenac-Gare. Un bilan jugé "plutôt satisfaisant", par Wilfrid Charoud, le responsable des deux unités aveyronnaises gérées par la Société des crématoriums du Rouergue et du Quercy. "Au-delà de chiffres, dans un premier temps, ce qui est primordial pour nous, c’est de constater que nous répondons parfaitement aux besoins de la population ruthénoise et au-delà", indique Wilfried Charoud.

Bâti au pied du cimetière de la ville, le crématorium ruthénois a pignon sur l’avenue de Bamberg, entre la cuisine municipale et la mosquée.

"Répondre aux besoins des Ruthénois"

Tout comme son pendant capdenacois, le crématorium ruthénois est exploité via une délégation de service public (DSP) par la société des Crématoriums du Rouergue et du Quercy. Lors de l’ouverture du crématorium ruthénois, début 2020, le responsable avait évalué à 300, "voir, un petit peu plus", le nombre de crémations qui seraient réalisées au sein de l’unité ruthénoise au cours de l’année. "Tout porte à croire que l’on sera plutôt proche des 400 actes, voire peut-être même davantage", reconnaît aujourd’hui le responsable. "Alors certes, depuis l’ouverture de l’équipement ruthénois, on a noté une légère baisse d’activité au crématorium de Capdenac, reconnaît l’exploitant. Avec les deux crématoriums cela a fait l’effet des vases communicant."

"Toutefois, cette baisse de l’ordre d’une vingtaine de pour-cent est beaucoup moins importante qu’on ne l’imaginait. C’est plutôt de bon augure pour la suite", estime Wilfried Charoud.

Le responsable du site sait depuis longtemps que de plus en plus de personnes, en France, optent pour la crémation. Près de 40 % l’an dernier. Et en Aveyron même si les inhumations restent solidement ancrées dans la tradition, la crémation gagne également chaque année du terrain. À ce titre, l’an dernier, ce sont ainsi près de 25 % des Aveyronnais qui ont opté pour la crémation.

"La marge de progression en Aveyron est énorme. Aussi, avec un rythme de croissance annuelle d’environ 1,5 %, nos équipements seront pleinement opérationnels dans une quinzaine d’années", conclut Wilfried Charoud confiant.

Fermé durant deux mois

Le crématorium a également été confronté à la crise sanitaire qui a touché et touche encore le pays. « Pour nous, cela s’est traduit par deux mois de fermeture au public », se souvient Wilfried Charoud. « C’était particulièrement difficile pour les familles qui ne pouvaient pas accéder au crématorium. » Aujourd’hui, même si les choses se sont arrangées, du moins jusqu’à encore très récemment, des mesures ont été mises en place pour limiter les risques de propagation du virus. « On ne reçoit pas plus de 30 personnes en même temps et les gens ne se croisent plus », indique le responsable.

 

Rachid Benarab
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

361 €

Proche de l'IUT et du Lycée Monteil : bel appartement T1 bis duplex avec un[...]

430 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE - Très bel appartement rénov[...]

311 €

Appartement de type II composé d'une entrée, cuisine équipée avec plaque vi[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir