Michel Santos (Umih) : "On a envie de travailler, laissez nous le faire"

Abonnés
  • Michel Santos présage "un durcissement des mesures dans les semaines qui arrivent." Michel Santos présage "un durcissement des mesures dans les semaines qui arrivent."
    Michel Santos présage "un durcissement des mesures dans les semaines qui arrivent." repro cpa
Publié le

" C’est toute une profession qui est en train de mourir à petit feu", dénonce Michel Santos, président de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih) aveyronnaise, suite à l’annonce des nouvelles mesures sanitaires faite par la préfète Valérie Michel-Moreaux, ce lundi 19 octobre.

En plus de la fermeture à 22 heures, les professionnels devront également tenir un "cahier de rappel" des clients passés par leur établissement, respecter la règle des six personnes maximum par table, et garantir un mètre de distance entre chaque convive de la même table. "Notre modèle économique est calculé sur la capacité d’accueil", ajoute-t-il, en précisant que la nouvelle mesure de distanciation allait "réduire leur capacité de 50 %".

"Une catastrophe économique"

Selon le président de l’Umih, les répercussions sur le secteur restaurateur et hôtelier "vont se voir dès la fin de l’année et le 1er trimestre de 2021, avec notamment un grand nombre d’affaires qui auront coulé. Et les conséquences économiques vont être catastrophiques."

Au vu de la situation aveyronnaise, Michel Santos regrette que les décisions ne soient pas prises au cas par cas. "On vient nous bloquer nous, alors que plus de la moitié des cas du département sont dans les Ehpad."

Un avenir compliqué

Alors que les fêtes de fin d’année approchent, de même que les traditionnels repas d’entreprises et d’associations, les restaurateurs peinent à envisager l’avenir. "On ne peut pas se projeter. On ne sait pas jusqu’à quand prendre des réservations", confie le président de l’Umih.

S’ils s’attendaient à de nouvelles mesures restrictives, les restaurateurs n’en sont pas moins inquiets. Et Michel Santos présage "un durcissement des mesures dans les semaines qui arrivent."

Les mois qui arrivent s’annoncent difficiles pour les acteurs de la restauration et l’hôtellerie, qui, d’après lui, "ne demandent pas des aides mais du travail. "

Margot Pougenq
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

129000 €

Avenue de Bordeaux, proche de L'IUT, au dernier étage d'un petit immeuble p[...]

500 €

APPARTEMENT TRAVERSANT AVEC VUE DEGAGEE ET TERRASSE CAVE ET GARAGE INDIVID[...]

266 €

SECTEUR I.U.T : Appartement de type T1 bis composée d'une pièce principale [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir