Grippe et pneumocoque : les plus fragiles doivent se protéger

  • Grippe et pneumocoque : les plus fragiles doivent se protéger
    Grippe et pneumocoque : les plus fragiles doivent se protéger
Publié le , mis à jour

Face au contexte épidémique, les autorités de santé rappellent l’importance de la vaccination dans la prévention du risque infectieux, notamment chez les plus fragiles. Notamment chez les personnes diabétiques, atteintes de BPCO ou encore les patients immunodéprimés. Des populations davantage exposées à un risque de complications en cas d’infection grippale ou par le pneumocoque. Explications.

Qu’est-ce que le pneumocoque ?

Chaque année, en France, 500 000 cas de pneumonies aiguës dites "communautaires" – c’est-à-dire contractées en dehors de l’hôpital – seraient recensés. Cette infection respiratoire aiguë du tissu pulmonaire représente la première des causes de mortalité infectieuse dans les pays développés : 13 323 morts en France en 2016. Le pneumocoque, autrement appelé Streptococcus pneumoniae est la bactérie la plus souvent responsable des pneumonies bactériennes.

Des risques spécifiques chez diabétiques…

Le diabète est dangereux à cause de ses complications rénales, cardio-vasculaires, oculaires… Mais ce n’est pas tout ! Les patients présentent une sensibilité accrue aux infections, avec un risque d’infection à pneumocoque multiplié par 4. Les hospitalisations pour pneumonie sont fréquentes : 1 sur 4 concerne les personnes atteintes de diabète.

…et les patients souffrant de BPCO

Quant aux patients atteints d’une broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO), leur risque d’infection au pneumocoque est encore bien plus important. Cette maladie respiratoire caractérisée par une inflammation et une obstruction permanente et progressive des bronches, touche 2,5 millions de Français. Et en cas d’infection au pneumocoque, les risques de complications sont extrêmement élevés.

Vaccination recommandée contre la grippe et le pneumocoque…

C’est un geste de santé publique d’autant plus important dans le contexte de la Covid-19. En effet le coronavirus est particulièrement dangereux en cas de maladie chronique. Mieux vaut se protéger contre de potentielles sources d’infections respiratoires. Si la Covid-19 ne peut pas encore être prévenue par la vaccination, des vaccins existent et sont recommandés pour se protéger de la grippe et du pneumocoque.

La vaccination permet de protéger les patients à risque de complications graves de la grippe. Les autorités de santé soulignent l’impact significatif que pourrait avoir une couverture vaccinale antigrippale élevée, dans une période de grande tension du système de santé et en cas de circulation concomitante de la Covid-19 et de virus grippaux. Par ailleurs, la vaccination contre le pneumocoque est recommandée par le Haut Conseil de la Santé Publique pour les personnes souffrant de certaines pathologies chroniques comme le diabète ou la BPCO, et pour les patients immunodéprimés.

Dans le contexte de la Covid-19, les autorités de santé encouragent le rattrapage des vaccinations. Pendant le confinement, le taux de vaccination a fortement diminué : pour les personnes à risques, les vaccinations ne doivent pas être davantage retardées. Parlez-en avec votre médecin ou votre harmacien.

… pour laquelle des progrès sont nécessaires !

En effet, la couverture vaccinale n’est que de 20% chez les adultes à risque pour la vaccination contre le pneumocoque et de 45 % pour la grippe la saison dernière. Face à ce constat, des initiatives ont vu le jour pour mieux informer, sur l’importance la vaccination chez les patients à risque. Ghislaine Schmidt est membre de l’Association France Spondyloarthrite qui fait partie du groupe AVNIR (Associations VacciNation Immunodéprimées Réalité). Elle souffre de spondylarthrite ankylosante, une maladie qui impose la prise de traitements immunosuppresseurs. Dans la région Grand-Est, Ghislaine est patiente experte, autrement dit, elle sensibilise patients et professionnels de santé aux défis liés à sa maladie. Elle milite aussi pour que la vaccination devienne un geste automatique, notamment pour les patients souffrant de maladie chronique. "Les médecins parlent rarement de vaccination en lien avec les maladies chroniques", explique-t-elle. "C’est encore plus vrai concernant la vaccination contre le pneumocoque. Nous avons ainsi mis en place plusieurs outils ces dernières années. Nous avons par exemple créé des affiches en partenariat avec l’ARS du Grand-Est. Objectif informer les patients, mais aussi les professionnels de santé."

"Cette année, avec le contexte de la Covid-19, nous allons mener une grande campagne à l’occasion des vaccinations grippe et pneumocoque. Avec notamment des messages qui vont apparaître sur les pages d’accueil des sites internet des associations de patients. Par ailleurs, nous poursuivons notre travail d’information auprès des futurs médecins en nous rendant dans les universités pour les sensibiliser à l’importance de la vaccination chez les patients souffrant de maladies chroniques".

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir