Situation alarmante et restrictions renforcées en Aveyron

Abonnés
  • Valérie-Michel-Moreaux, préfète, et Benjamin Arnal, ARS, ont détaillé les mesures hier en préfecture.
    Valérie-Michel-Moreaux, préfète, et Benjamin Arnal, ARS, ont détaillé les mesures hier en préfecture. C.C. - Christophe Cathala
Publié le

Le couvre-feu, mais aussi l’état d’urgence sanitaire imposent de nouvelles règles de vie quotidienne. L’Aveyron, très impacté par la propagation du virus, doit s’y conformer.

Le virus "circule très activement en Aveyron" et face à une forte dégradation de la situation sanitaire (lire par ailleurs), des mesures très strictes sont désormais imposées par la préfecture, en marge du seul couvre-feu. Se rajoute ainsi le port du masque obligatoire à Rodez (agglo), Millau et Villefranche-de-Rouergue, toute la journée hors du domicile. Et l’état d’urgence sanitaire voté en France pour quatre semaines encore (et sûrement prolongé) ajoute aux zones soumises au couvre-feu la fermeture des bars toute la journée.

Esprit de civisme… Y compris dans la sphère privée

"Je sais que bien des efforts ont été fournis par la population, les acteurs sociaux et culturels, admet la préfète Valérie Michel-Moreaux. Mais la vigilance, y compris dans les foyers, dans la sphère privée, ne doit pas se relâcher. J’en appelle à la responsabilité de chacun". Et d’insister : "Il est désormais impérieux que chacun de nos concitoyens prenne conscience qu’une partie de la solution de cette crise lui appartient. Seul cet esprit de civisme permettra de ralentir la propagation du virus, lequel n’épargne aucun territoire en Aveyron et aucune classe d’âge". Elle invite ainsi la population à "télécharger l’application TousAntiCovid, outil indispensable pour casser la chaîne de transmission du virus".

  • Les mesures s’avèrent donc pleinement justifiées même si elles impactent la vie quotidienne. En voici un tour d’horizon.

Port du masque

Il était déjà obligatoire de jour comme de nuit (pour les 11 ans et plus) qui accèdent aux marchés de plein air, y compris brocantes, braderies, vide-greniers… mais aussi devant les accès aux écoles, universités et centres de formation, aux heures d’ouverture dans un périmètre de 50 mètres.

La préfète y ajoute désormais le port du masque dans les rues (et les lieux ouverts au public) de l’agglomération ruthénoise (les huit communes), et à Millau et Villefranche-de-Rouergue. Et ce, en permanence toute la journée. En sont exempts ceux qui pratiquent une activité sportive et les usagers des deux-roues.

Cafés et bars

Ils resteront fermés toute la journée pendant les six semaines évoquées par le Premier ministre dans les zones concernées par le couvre-feu. Les restaurants pourront ne fermer qu’entre 21 heures et 6 heures du matin mais devront continuer à mettre en œuvre un "cahier de rappel" pour faciliter le tracing des clients accueillis.

Précisons également que depuis quelques jours déjà, la vente de boissons alcoolisées (y compris en alimentation) est interdite entre 20 heures et 8 heures.

Établissements recevant du public

Les salles de jeux (dont les casinos comme à Cransac), les lieux d’exposition, ou salons ayant un caractère temporaire (hors musées, donc) doivent rester fermés.

Les établissements autorisés à ouvrir de 6 heures à 21 heures (salles des fêtes par exemple), les buvettes et points de rassemblements sont interdits, les vestiaires doivent être fermés et la pratique de toute activité dansante est interdite.

Piscines

Elles sont fermées au grand public, leurs vestiaires ne pouvant être praticables.

Grands rassemblements et spectacles

Dans la tranche horaire qui n’est pas concernée par le couvre-feu dès 21 heures, la jauge admissible pour les grands rassemblements est abaissée de 5 000 à 1 000 personnes. Concernant les spectacles, ils peuvent avoir lieu si le public est assis en respectant la distanciation (un siège sur deux occupé). Pour les quines et belotes collectives, la règle reste la même : respect de la distanciation, tous les participants doivent être assis avec un siège d’écart et ni buvette ni restauration admises. Et interdiction, bien sûr, après 21 heures…

Religion

Les funérailles, comme tous les moments de culte ne sont pas concernés mais le respect des gestes barrières est incontournable et l’occupation des lieux doit se faire par un siège d’écart entre les participants.

Sanctions

Les forces de l’ordre sont mobilisées pour exercer les contrôles nécessaires. En cas de contravention, l’amende est de 135 €. Si récidive dans les 15 jours, ce sera 1 500 € et si la violation de la loi parvient à trois reprises en trente jours, ce sera 3 750 € d’amende, six mois d’emprisonnement et un travail d’intérêt général laissé à l’appréciation de la justice.

 

Christophe Cathala
Voir les commentaires
Réagir
Les commentaires (1)
ourson Il y a 1 mois Le 26/10/2020 à 13:03

Quelqu'un peut-il enquêter sur l'origine de l'afflux de patients covid-19 à l'hôpital de Rodez hier?
(+18 patients hospitalisés hier!!!)
Le nombre passant de 45 à 63 subitement.
Merci!!!!