Cyclisme : Viguié à la tête de comité aveyronnais

Abonnés
  • Philippe Viguié, hier lors de l’AG du comité départemental. Philippe Viguié, hier lors de l’AG du comité départemental.
    Philippe Viguié, hier lors de l’AG du comité départemental. - JMN
  • Le passage de témoin entre Philippe Viguié (à gauche) et Victor Santos (centre) devant Pierre Boyer (en marron), hier à La Primaube.
    Le passage de témoin entre Philippe Viguié (à gauche) et Victor Santos (centre) devant Pierre Boyer (en marron), hier à La Primaube. - JMN
Publié le

Le Rignacois Philippe Viguié a été élu hier lors de l’AG du comité départemental. Il succède à Victor Santos à la coprésidence de l’instance, avec Pierre Boyer.

Hier, à l’espace Saint-Exupéry, à La Primaube, s’est tenue l’assemblée générale du comité départemental de cyclisme de l’Aveyron. Une AG élective, année olympique oblige, qui a vu le retrait de la coprésidence de Victor Santos, après huit années de bons et loyaux services. Fier de son bilan (voir notre édition d’hier), il cède la main à Philippe Viguié, actuel président du club du Guidon Decazevillois, désormais en charge avec Pierre Boyer, qui reste lui coprésident.
Du ballon rond au vélo

À 53 ans, ce Rignacois, né à Anglars, en couple avec deux enfants était avant tout un amoureux du football. Il se plaît d’ailleurs à dire qu’être éducateur, c’est quelque chose de valorisant. D’année en année, il va montrer son savoir sur les terrains de Rignac, Villefranche-de-Rouergue, Onet-le-Château, La Primaube et Rodez jusqu’en 2011. À côté de ce sport d’équipe, l’homme a une passion démesurée pour le vélo. À la moindre occasion, il enfourche ce deux-roues, en aide électrique à l’époque, pour des balades seul ou accompagné. Notamment d’un ami, ex-président du club cycliste de Decazeville. De tours de roues en coups de pédalier, Philippe Viguié intègre le club en 2011. Adieu le ballon rond, il s’installe au bureau, devient trésorier en 2013 et en 2017, le voilà installé à la présidence du Guidon Decazevillois.

Quand on lui demande si c’est par goût qu’il prend la présidence, il assure : « Oui, j’aime les responsabilités, le goût bien sûr, mais l’envie d’être utile, d’apporter mon expérience comme éducateur ». Mener des hommes, il connaît. Son métier comme cadre dans l’entreprise de transport où il officie le favorise. Philippe Viguié a un don de rassembleur, pour motiver, pour communiquer. La preuve, quand il est entré au club, il y avait 45 licenciés ; alors qu’ils sont actuellement 115. « J’avais envie d’amener le dynamisme dont le club avait besoin », dit-il.

« C’est un humaniste, sportif et passionné de l’histoire du sport » disent de lui ceux qui le fréquentent souvent. Malgré son élection, il « restera fidèle à la présidence de (son) club », assure le nouveau leader de cyclisme aveyronnais.

Confiant pour l’avenir du vélo

Le comité départemental, le nouveau coprésident le connaît bien. Depuis six ans, il en assure la trésorerie. « Avec Victor, on s’appelle chaque semaine, on partage la même conception de notre sport. On se ressemble sur la façon de gérer le comité. » Dans la reconquête des licenciés, il a ses idées. Car la diminution des effectifs devient alarmante : 7 % de licenciés en moins en France par rapport à la saison précédente, 11 % en Aveyron avec un effet Covid-19 dévastateur. Il faut vite arrêter cette baisse et c’est bien la tâche prioritaire pour celui qui veut remobiliser ce sport de pleine nature.

« L’avenir est pour nous, il faut faire très vite. Le vélo est un sport de plein air. En ces temps de confinement, de restriction de liberté, le vélo a un atout majeur. À nous, à moi, de motiver, d’aller au-devant des jeunes ». Le nouveau président pointant également du doigt l’informatique, le manque de communication. « Tout se fait sur ordinateur, certains parents ne font pas l’effort d’inscrire les jeunes, là aussi on perd des licenciés ». De plus en plus, on voit du monde sur les vélos, en famille, seul ou qui l’utilise pour aller au travail. « À nous de les convaincre d’intégrer un club », veut croire Viguié.

« Mutualiser nos efforts »

« Avec Victor, on a souhaité que les 17 clubs du département s’investissent dans le comité départemental, et c’est chose faite. Maintenant, il faut mutualiser nos efforts ». L’idée est également de poursuivre et d’accélérer les conventions avec des institutions. « J’ai confiance en la qualité des bénévoles, ce sont eux la clé de voûte des clubs. Je serai à leur écoute ».

Il reste que la crise sanitaire va peut-être compliquer toutes ces bonnes intentions, dans un premier temps au moins. À la question sur les mesures sanitaires qu’il compte adapter à la discipline, le président est comme tout le monde, un peu démuni. Bien sûr, il y a les règles sanitaires à respecter. Les consignes de la fédération également. Et les initiatives internes aux clubs passent aussi par la surveillance de la bonne application du protocole et aux sens des responsabilités de chacun. « On va attendre les six semaines et voir ce que nous dit le gouvernement, mais déjà sur route, la saison reprendra en février. Et en cross, toutes les épreuves s’annulent les unes après les autres. Il va falloir vivre et voir le sport autrement, hélas ! »

Correspondant
Voir les commentaires
Réagir