La préfète de l'Aveyron veut se faire entendre des usagers de la route

  • La préfète de l’Aveyron dans les studios de la radio Totem,  à La Primaube.
    La préfète de l’Aveyron dans les studios de la radio Totem, à La Primaube. Centre Presse - Christophe Cathala
  • Accident sur la RN 88 à Laissac, le jour du début du confinement. Une personne a perdu la vie…
    Accident sur la RN 88 à Laissac, le jour du début du confinement. Une personne a perdu la vie… Centre Presse - Christophe Cathala
Publié le , mis à jour

Alors que le nombre de morts sur les routes progresse plus en Aveyron que dans le reste du pays, Valérie Michel-Moreaux veut interpeller les automobilistes via des messages radiophoniques en partenariat avec Totem.

Le constat est clair : si partout en France, les chiffres de la mortalité routière sont en régression sensible, ils sont en augmentation en Aveyron… Pour la première fois depuis longtemps, le département est un mauvais élève en termes de sécurité routière. La préfète Valérie Michel-Moreaux évoque même une "situation inquiétante", en relevant que si le nombre d’accidents est moindre qu’au cours de l’année 2019, à périodes comparables "ces accidents sont beaucoup plus graves".

Appel à la responsabilisation

Face à ce qui se présente à ses yeux comme un "relâchement du comportement des usagers de la route", la représentante de l’État veut ainsi sensibiliser ces derniers, "et plus encore les responsabiliser, les inviter à redoubler de vigilance". Aux côtés d’une mobilisation incessante des forces de l’ordre à travers notamment les contrôles routiers, le volet pédagogique va s’apprécier par une série de messages audio diffusés jusqu’au 15 décembre sur les ondes de la Radio Totem.

Messages "punchy" sur la radio Totem

Le média aveyronnais, qui rayonne sur douze départements, est un support de choix, "car 50 % des auditeurs écoutent notre radio en conduisant leur véhicule", précise le directeur de Totem, Guillaume Charvet.

Valérie Michel-Moreaux a donc validé deux messages spécifiques qui seront diffusés alternativement, mettant en scène de façon sonore des conversations et le choc d’un accident. Un spot "percutant", "plus "punchy" que ce qui peut exister de manière traditionnelle", assure la préfète, mais qui "reste quoi qu’il en soit en deçà de la triste réalité concernant l’accidentologie".

Une accidentologie dont les statistiques restent en Aveyron difficiles à cerner.

Problèmes de comportements

Il n’y a pas de zones plus accidentogènes que d’autres dans le département et les causes des accidents sont multifactorielles. Mais les comportements des automobilistes demeurent toujours au cœur du problème, à commencer par la conduite sous l’emprise de stupéfiants qui, "selon les contrôles opérés par les forces de l’ordre, se banalise presque autant que l’alcool", déplore Valérie Michel-Moreaux.

L’appel à la vigilance et à la responsabilisation prend donc tout son sens, surtout à l’approche de la saison d’hiver où les conditions de circulation et de visibilité font également partie des facteurs accidentogènes. "Que chacun reprenne en tête que l’on peut être tout aussi dangereux pour soi-même que pour les autres, si l’on relâche sa vigilance au volant", exhorte la préfète en conclusion.

 

Christophe Cathala
Voir les commentaires
Réagir