Areuh, dada, bobo… Faut-il "parler bébé" à son enfant ?

  • Areuh, dada, bobo… Faut-il "parler bébé" à son enfant ?
    Areuh, dada, bobo… Faut-il "parler bébé" à son enfant ?
Publié le , mis à jour

Durant les premiers de sa vie, "parler bébé" à son enfant est attendrissant. A condition de ne pas en abuser. Dans son ouvrage J’élève mon enfant, Laurence Pernoud expliquait qu’au-delà de 2 ans, ils convient de lui comme à un "grand".

Le parler bébé dure jusqu’à environ 2 ans mais il se prolonge lorsque les parents, pensant se faire mieux comprendre parlent eux-mêmes ‘bébé’ ", explique Laurence Pernoud dans son ouvrage J’élève mon enfant. Alors, comme le langage est une affaire d’imitation, autant employer le mot juste. " Si l’adulte déforme les mots, l’enfant répétera longtemps ‘poupe’,  lolo etc. ". En plus, il sera frustré car il adore apprendre de nouveaux mots.

Comme l’ajoute Laurence Pernoud, " il ne s’agit pas de parler à un enfant comme un dictionnaire, mais de ne pas simplifier tous les mots délibérément. Et cela sous prétexte qu’il comprend mieux ‘lolo’ que lait ou ‘dada’ que cheval ".

Il continue à dire choupe plutôt que soupe ? Si le " s " lui est encore trop difficile à prononcer, ne le reprenez pas. Mais continuez à dire soupe. Vous verrez, un beau jour, il le dira lui aussi, spontanément.

En revanche, ne touchez pas à ce que les spécialistes appellent les " mots affectifs ". Par exemple, son nounours n’est pas un ours. Non, c’est son nounours, son compagnon avec lequel il s’endort sereinement. Alors pas touche. Et si vous avez des questions concernant le langage de votre enfant, interrogez votre médecin, à un(e) orthophoniste ou à la protection maternelle infantile (PMI).

 

Destination Santé
Voir les commentaires
Réagir