Le conseil de surveillance peut se réunir à l’hôpital de Millau

  • "Il est temps que la mairie réinvestisse le conseil de surveillance de l’hôpital", estime Emmanuelle Gazel.
    "Il est temps que la mairie réinvestisse le conseil de surveillance de l’hôpital", estime Emmanuelle Gazel.
Publié le

Les conditions particulières ont tout de même permis que les acteurs parlent.

La commission médicale d’établissement a rendu son verdict, malgré des conditions et une élection particulières. Ainsi, loin des États-Unis, le représentant de la CME a été rapidement désigné. Entre Jean-Dominique Gonzales, psychiatre qui se représentait, ou Julien Viader, c’est le chirurgien orthopédiste qui est sorti des urnes. Avec lui, comme le confirmait Corine Mora, déléguée CGT santé, "toutes les conditions sont réunies pour que le comité de surveillance ait lieu". Et "il est temps que la mairie le réinvestisse", confirmait Emmanuelle Gazel, vendredi soir lors d’un Facebook live organisé par l’agence de Millau. La première magistrate indiquait encore : "Malgré le contexte sanitaire très compliqué, il faut qu’on soit solidaire, parce que, derrière, il y a des soignants, des patients malades du Covid et des professionnels de l’hôpital confinés. Ce vendredi, on a transporté un cas en réanimation à Rodez. L’hôpital, c’est une question des plus importantes de ce début de mandat pour le Sud-Aveyron mais, eut égard au contexte, il est difficile de mobiliser Pierre Ricordeau, directeur général de l’ARS, ou Thomas Le Ludec, directeur général du CHU de Montpellier, car, même si nous sommes en contacts téléphoniques réguliers, c’est difficile d’avoir le temps et le recul nécessaires pour construire un projet. Ma volonté de le bâtir reste toujours aussi forte, je suis que jamais déterminée."

Ainsi, au côté de la Ville et de Julien Viader, devraient siéger au conseil de surveillance, Thierry Pérez, pour la communauté de communes ; Corine Mora, représentante du comité technique d’établissement ; Fernand Sauvant, président de la commission des usagers ; Didier Bourdon, directeur par intérim des hôpitaux de Millau et Saint-Affrique ; Sonia Roucaute, trésorière principale, ainsi que Pierre Ricordeau et Thomas Le Ludec. Soit neuf pour un hôpital qui n’a pas connu ce genre de réunion essentielle depuis janvier 2019, date où Millau a été mis en administration provisoire. Rappelons que Corine Mora avertissait : "Le système de santé a tellement été affaibli lors de la première vague de coronavirus que je ne sais pas s’il tiendra pour la seconde. D’autant que rien n’a été fait entre-temps." Thierry Pérez, lui, n’est pas en reste : "Deux ans, c’est un peu long. J’attends que la direction intérimaire nous fasse un rapport pour nous expliquer où on est. Qu’est-ce qui a été fait ? Où en est-on de la réunification entre Millau et Saint-Affrique ? D’après ce que je sais, à part faire des améliorations informatiques, rien n’aurait bougé au niveau de la chirurgie et des médecins."

Du côté de la direction de l’hôpital, on nous a simplement fait savoir que la composition du conseil serait "communiquée en temps voulu par l’ARS". Rien de plus, rien de moins.

Activité contrôlée, orientation définie

Le conseil de surveillance, dans un hôpital public, est chargé de définir les orientations stratégiques de l’établissement et de contrôler l’ensemble de son activité. Il délibère sur le projet d’établissement, le compte financier et l’affectation des résultats et émet des avis, essentiellement sur la politique d’amélioration de la qualité de la structure. Il donne aussi son avis sur la politique d’amélioration continue de la qualité, de la sécurité des soins et de la gestion des risques, les conditions d’accueil et de prise en charge des usagers, le règlement intérieur ainsi que sur les acquisitions, cessions, affectations, beaux relatifs à des biens et contrats de partenariats… Il peut opérer les vérifications et les contrôles qu’il juge opportun et peut se faire communiquer les documents qu’il estime nécessaire à l’accomplissement de sa mission. Il entend le directeur sur l’état prévisionnel des dépenses et des recettes et le programme d’investissement.

cyril calsina
Voir les commentaires
L'immobilier à Millau

365 €

N242 - A louer appartement de T1 bis situé au 1er étage rue Bernard Lauret.[...]

214000 €

MILLAU - APPARTEMENT DE 500 M2- VUE IMPRENABLE SUR LE VIADUC DE MILLAU PANO[...]

180000 €

Millau - Sur une parcelle de 265 m2, venez découvrir cette belle maison d'e[...]

Toutes les annonces immobilières de Millau
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?