Escrime : pour l'Aveyronnais Bruno Gares, président de la FFE, "Il faut absolument aider les clubs"

Abonnés
  • Bruno Gares vit désormais la moitié de la semaine à Rodez et l’autre en région parisienne, où se trouve le siège de la FFE.
    Bruno Gares vit désormais la moitié de la semaine à Rodez et l’autre en région parisienne, où se trouve le siège de la FFE. JAT
Publié le , mis à jour

L’Aveyronnais de 55 ans, tout nouveau président de la FFE, débute son mandat dans un contexte bien délicat, et à plusieurs titres. Entretien.

Un peu plus d’un mois après votre élection à la tête de la Fédération française d’escrime, comment se passe cette nouvelle vie de président ? Déjà, on a une équipe (en responsabilité, autour de lui, NDLR) qui est soudée. Et on découvre, effectivement, que ce n’est pas simple tous les jours. Qu’il faut remobiliser le personnel, les cadres techniques. Qu’il faut redonner de l’envie, surtout dans...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • ✓ Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • ✓ Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • ✓ Publicités limitées
Propos recueillis par Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?