Le gouvernement et les acteurs du logement s'engagent pour "la construction durable."

  • L’Union sociale pour l’habitat, la fédération des promoteurs immobiliers, la fédération française du bâtiment et le Pôle Habitat de la Fédération française du bâtiment signent un pacte pour la relance de la construction durable.
    L’Union sociale pour l’habitat, la fédération des promoteurs immobiliers, la fédération française du bâtiment et le Pôle Habitat de la Fédération française du bâtiment signent un pacte pour la relance de la construction durable. piratedub / IStock.com
Publié le , mis à jour

(ETX Studio) - Le ministère de la Transition écologique a publié vendredi 13 novembre un pacte en faveur de la relance de la construction durable en France. Cosigné par les acteurs de l'aménagement, cet accord prévoit notamment la rénovation des espaces existants et une place plus importante des espaces extérieurs dans les nouveaux logements.

Le pacte national de la relance de la construction durable vise à accompagner l'émergence de projets durables de construction. Lorsque l'on parle de construction durable, on parle de respecter au mieux l'écologie dans toute les étapes de construction ou de rénovation d'un bâtiment. C'est ce que souhaitent instaurer les signataires en promouvant "un modèle d'aménagement respectueux de l'environnement, sobre en ressources et offrant des services et des espaces publics de proximité aux habitants."

Parmi les neuf mesures décrites dans cet accord, trois axes de développement sont prévus. Dans un premier, le gouvernement explique vouloir généraliser "les projets immobiliers proposant des espaces extérieurs (balcons, terrasses, jardins) pour améliorer la qualité de vie". Par exemple, pour favoriser la qualité des logements, la construction de nouveaux bâtiments devra mettre l'accent sur les espaces verts, les surfaces de pleins terres ou encore les jardins potagers. Des lieux que la crise sanitaire a révélés comme nécessaires et aujourd'hui absents dans beaucoup de logements.

Le ministère a également évoqué la volonté de concentrer ses mesures sur le démarrage des chantiers dans les territoires en déficit le plus rapidement possible afin de rattraper le retard pris à cause du confinement. Mais aussi de mettre l'accent sur le local. L'accord prévoit de fédérer les collectivités et les acteurs locaux pour adapter, par exemple, les travaux et les matériaux nécessaires. Car chaque région à sa spécificité.

La mise en place de ce pacte devrait commencer "dans les meilleurs délais" a annoncé le gouvernement.

L'impact de la crise sanitaire sur les logements français

Cet accord fait écho à la baisse d'achat de logements neufs au troisième trimestre 2020 (-16% selon le Service des données et études statistiques rattaché au ministère de la Transition Écologique). Mais il dresse aussi le constat d'une baisse significative des autorisations de construction de logements entre octobre 2019 et septembre 2020. Sur cette période, 393.000 logements ont obtenu une autorisation de construction, soit 43.900 de moins que sur la période d'octobre 2018 à septembre 2019. Et la crise sanitaire est bien sûr la principale raison de cette diminution.

Mais si ce retard n'est pas comblé, il ne permettra pas de couvrir la forte demande de logements dans les zones tendues (zones où la demande est plus importante que l'offre) comme en Île-de-France ou en région PACA, et entraînera une baisse des chantiers en 2021.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?