Restaurant fermés pour les fêtes : l’inquiétude grandit en Aveyron

Abonnés
  • Serge Gaillard a des responsabilités nationales au sein de l’Umih.
    Serge Gaillard a des responsabilités nationales au sein de l’Umih.
Publié le , mis à jour

Nos confrères du Point avançaient, lundi, que la réouverture des établissements de restauration n’interviendrait pas avant le 15 janvier, voire le 1er février 2021. En résumé, qu’ils auraient portes closes pour les fêtes.

Un scénario auquel n’ose pas croire Serge Gaillard, patron du bowling de Millau et vice-président national de l’Umih (Union des métiers de l’industrie et de l’hôtellerie) pour le secteur des cafés, brasseries et métiers de la nuit. "La ministre du Travail encourage nos confrères en stations de montagne à embaucher du personnel, quitte à le mettre en chômage partiel ensuite. Je l’interprète comme un signe positif. On fait le forcing, on négocie pour, justement, reprendre l’activité. "

Si l’information du Point se vérifiait, "elle serait catastrophique ", s’alarme Serge Sécail. "On est moins dangereux que certains lieux de travail, que les universités, que les transports. C’est une profonde injustice pour nos métiers."

Pour l’hôtelier, si Noël passe à la trappe dans le secteur de la restauration, " on va au devant d’une vague de dépôts de bilan comme jamais vu ". Il annonce, sur le plan national, " entre 200 000 et 300 000 " demandeurs d’emploi supplémentaires. "La mise en place d’un fonds de solidarité jusqu’à 10 000 € par mois, équivalant à la perte du chiffre d’affaires, ne suffira pas, sauf à sauver quelques "petits", et encore. " Et il ajoute : "On se dirige vers des drames humains. La catastrophe sociale et économique risque de faire plus de mal que le Covid… "

JDM
Voir les commentaires
Réagir