Social : 11 % d’Aveyronnais de plus inscrits au RSA depuis mars

Abonnés
  • La CAF reçoit les personnes en demande d’attribution du RSA…
    La CAF reçoit les personnes en demande d’attribution du RSA… repro cpa
  • Graphique :  conseil départemental/PSD
    Graphique : conseil départemental/PSD
  • Graphique :  conseil départemental/PSD
    Graphique : conseil départemental/PSD
Publié le

Le budget social du Département subit de plein fouet la crise sanitaire avec des nouveaux venus éligibles au RSA, de plus en plus nombreux…

C’est l’un des premiers indicateurs de la précarité dans le département et force est de reconnaître qu’il témoigne à lui seul des dégâts économiques causés par la crise sanitaire. Le Revenu de solidarité active (RSA) compte depuis le début de la pandémie et ses conséquences sur l’activité et l’emploi, 11,35 % d’allocataires supplémentaires en Aveyron. Le Département, qui a compétence en la matière a vu son budget dédié augmenter d’un million d’euros par rapport à 2019, à périodes comparables… Au final, ce sont 4 375 bénéficiaires qui sont inscrits au dispositif pour (si l’on prend en compte les foyers avec enfants) 8 466 personnes concernées par le RSA. Ce sont les chiffres consignés à la fin du mois de septembre, mais on retiendra qu’en juin, le nombre d’allocataires était encore plus élevé : 4 462 allocataires recensés pour un total de 8 681 personnes couvertes.

Les indépendants grossissent les rangs

"L’augmentation du nombre de bénéficiaires du RSA est arrivée très vite, dès la fin mars, relève Jean-François Galliard, président du conseil départemental. Parmi cet afflux, 35 % d’allocataires sont des primo-entrants, contre 25 % en temps normal". Qui sont-ils ? "Surtout des indépendants et, comme d’habitude, les titulaires de contrats précaires, non renouvelés".

Le Département engagera ainsi cette année 26,34 M€, contre 24,26 M€ en 2019. Une somme qui inclut aussi le RSA majoré, correspondant à l’ancien dispositif de soutien financier versé aux personnes en situation d’isolement qui assument seules la charge d’un enfant. Et le volet "insertion", capital dans l’attribution du RSA, se chiffrera pour 2020 à 3,15 M€. Le conseil départemental n’a pas pour autant l’intention de baisser les bras. Et, au contraire, a décidé jusqu’au 31 décembre prochain, d’assouplir les conditions d’attribution.

Une personne seule disposant de 500 € de revenus se verra ainsi allouer un RSA à 500 €, pour parvenir chaque mois à réunir quelque mille euros pour subsister. "On prolongera cet assouplissement au-delà de la fin de l’année, si nécessaire ", avance Jean-François Galliard, qui ne cache plus son "inquiétude face à une telle situation". Pour autant, pas question de réclamer la renationalisation du RSA comme l’ont déjà réclamé plusieurs départements. "La question se pose en effet, mais sans le RSA, on perd un tiers de nos compétences obligatoires…", prévient le président du Département, institution qui abandonnerait sa substance même en cas de renationalisation…

8,53

C’est, en pourcentage, l’augmentation du budget consacré par le Département au versement du RSA sur les douze derniers mois. Le conseil départemental a ainsi dépensé 1 M€ de plus qu’en 2019.

En chiffres

11,35 % d’augmentation du nombre d’allocataires entre mars et octobre.

4 375 personnes percevaient le RSA fin septembre. Elles étaient 3 929 en décembre 2019.

2,70 c’est le taux de bénéficiaires par rapport à la population active en Aveyron. Ce taux est 5,17 en Occitanie et de 5,20 en France. "On était 90e sur 96 départements, désormais, on est dans la moyenne des départements", notre Jean-François Galliard.

564,78 euros, c’est le montant versé à une personne seule dans le cadre du RSA, sous conditions de ressources. Il peut être plus élevé, en fonction du nombre d’enfants à charge et si le parent qui fait la demande est en situation d’isolement. Un parent isolé avec deux enfants peut percevoir ainsi 1 200 € mensuels.

 

 

Christophe Cathala
Voir les commentaires
Réagir