Bozouls : Marcel Mézy, l’homme qui redonna vie à la terre

  • Marcel Mézy, paysan chercheur
    Marcel Mézy, paysan chercheur
Publié le

Patrick Le Roux, dans un livre paru aux éditions du Rouergue nous raconte comment ce Bozoulais est en train de révolutionner l’agriculture avec son compost naturel dont la fabrication reste encore un mystère.

Un jour, Marcel Mézy aura son nom dans les dictionnaires. Ce Bozoulais sera présenté comme celui qui révolutionna l’agriculture avec son super-compost. Un fertilisant naturel qui prend soin du sol, donc de la plante, donc de l’animal, donc de l’homme, donc de la planète. Qui boute les intrants chimiques contre lesquels il se bat avec la même vigueur à 79 ans. Marcel Mézy, c’est la biologie contre la chimie. C’est l’observation des sols, des forêts, contre celle des éprouvettes et des alignements de chiffres. C’est le sourire retrouvé d’agriculteurs qui ont réussi à sortir de la spirale infernale du toujours plus d’intrants chimiques en utilisant son procédé. C’est un secret aussi.

La composition de ce compost, cet humus, n’est pas dévoilée dans le livre de Patrick Le Roux consacré à "Marcel Mézy, l’homme qui redonna vie à la terre", qui vient de sortir aux éditions du Rouergue.

Mais là n’est pas l’important. Ce livre nous raconte comment cet autodidacte, ce "paysan chercheur" comme il se définit lui-même, observateur infatigable de la nature, passionné de chevaux, ne s’est jamais détourné de son sentiment intérieur que la vie microbienne était la clé de voûte du bien-être des sols. Et chaque matin qui passe, depuis plus de 35 ans et ce jour où il trouva la solution sans réellement le vouloir, lui donne un peu plus raison.

Hasard, rencontres et obstination

Il faut lire dans ce livre comment tout cela est né. C’est le fruit d’un peu de hasard, de beaucoup de rencontres, d’une passionnante obstination qui ont permis d’aboutir à ce résultat. Le hasard, ce sont ces sacs de compost entassés qui lui ont soudainement donné la clé. Les belles rencontres, c’est celle avec cet ingénieur au Space de Rennes, qui croisa la route de Marcel Mézy et devint le directeur scientifique de la société Sobac, montée avec son fils Christophe, ainsi que Raymond et Patrick Fabre. Ou celle de Pauline Blanquet, la fille du conseiller départemental qui avait convaincu le Département de primer sa découverte. Elle dirige le laboratoire qui a été construit au hameau de Grioudas.

Un personnage de roman aussi

L’obstination, c’est celle qu’il faut pour ne pas avoir peur de la horde d’avocats de groupes chimiques qui veulent écraser Marcel Mézy et son compost. C’est celle qui lui permet de convaincre des agriculteurs de ne pas se laisser impressionner par les représentants en intrants chimiques qui raillent ce produit. Ils sont 15 000 aujourd’hui à ne pas regretter d’avoir franchi le pas.

Dans ce livre, Patrick Le Roux, ancien rédacteur en chef de L’équipe venu retrouver sa femme et ses enfants après un licenciement brutal en 2008, ne fait pas l’économie d’explications agrobiologiques. Oïdium, rhizosphère, hyphes mycorhiziens, métagémonique, amonitrate, chloroplasmes, etc. n’ont plus de secret pour lui. Et nourriront, dans ce livre, la réflexion de scientifiques qui sont de plus en plus nombreux à reconnaître à l’évidence que le procédé de Marcel Mézy n’est pas de la "poudre de perlimpinpin". Ces mots n’ont toutefois pas de quoi effrayer le lecteur néophyte. Car la vie de Marcel Mézy est parfois celle d’un personnage de roman.

On se passionne pour cet enfant d’une fratrie de huit, brillant élève, qui pour premier livre en cadeau eut un ouvrage sur l’agriculture. Aujourd’hui, plus que jamais, face à la dégradation des sols, l’action et la réflexion menée par Marcel Mézy ne peuvent laisser indifférent. Qui plus est lorsque les agriculteurs eux-mêmes témoignent du changement qu’il produit dans l’exploitation et dans leur vie… "C’est la troisième révolution agricole " a dit un jour Marcel Mazoyer, ponte de l’agronomie.

Non seulement Marcel Mézy entrera dans les dicos, mais il sera aussi dans les manuels d’apprentissage. C’est même sans doute là qu’il préférera être.

Marcel Mézy, l’homme qui redonna vie à la terre. Ed. Rouergue. ; 17 euros
JDM
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

270 €

APPARTEMENT COMPOSE D'UN COIN CUISINE EQUIPE AVEC PLACARD, D'UNE PIECE PRIN[...]

129000 €

Avenue de Bordeaux, proche de L'IUT, au dernier étage d'un petit immeuble p[...]

538 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- Appartement avec vue degage[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir