Covid-19 : l'impression 3D pour lutter contre la pénurie d'écouvillons nasopharyngés

  • Des chercheurs ont mis au point des écouvillons imprimés en 3D pour diagnostiquer la Covid-19.
    Des chercheurs ont mis au point des écouvillons imprimés en 3D pour diagnostiquer la Covid-19. narvikk / IStock.com
Publié le

(ETX Studio) - En attendant l'arrivée d'un vaccin contre la Covid-19, les tests de dépistage continuent de s'enchaîner à vitesse grand V pour tenter de limiter la propagation du virus dans le monde. Alors que les tests salivaires n'ont toujours pas été déployés massivement en France, une équipe de chercheurs américains a mis au point un écouvillon nasal imprimé en 3D qui réduirait tout risque de pénurie.

Les nouvelles technologies viennent à la rescousse du secteur de la santé pour combler les pénuries de certains dispositifs indispensables pour enrayer la pandémie mondiale de Covid-19. C'est plus particulièrement l'impression 3D qui pourrait permettre de continuer à tester massivement les populations sans craindre de manquer de matériel. Pour faire face à la pénurie d'écouvillons nasopharyngés observée en début de pandémie, le Département de Radiologie de l'Université de Floride du Sud (USF) à Tampa a planché sur la mise au point d'écouvillons imprimés en 3D. 

Présentés lors du meeting annuel de la Radiological Society of North America (RSNA), les résultats du premier essai clinique a démontré l'efficacité de ces écouvillons. Ces derniers ont été testés sur 291 patients âgés de 14 à 94 ans hospitalisés ou passés par les urgences de trois sites : le Tampa General Hospital, le Northwell Hospital et le Thomas Jefferson University Hospital de Philadelphie. Verdict : ils se sont révélés aussi efficaces que des écouvillons dits classiques.

"À ce jour, USF Health a imprimé plus de 100.000 écouvillons nasopharyngés 3D, et les hôpitaux du monde entier ont utilisé nos fichiers 3D pour imprimer des dizaines de millions d'écouvillons supplémentaires à utiliser auprès des patients", a déclaré Summer Decker, Ph.D. de l'USF.

Les scientifiques font savoir que le prototype final a été développé à l'aide d'imprimantes FormLabs et d'une résine de qualité chirurgicale. Ils précisent que le processus d'impression 3D prend jusqu'à 15 heures en fonction de l'imprimante choisie. Les écouvillons imprimés sont rincés dans de l'alcool isopropylique, durcis et inspectés à la main pour détecter les défauts. Ultime étape, un membre de l'équipe des maladies infectieuses de l'hôpital examine chaque écouvillon avant qu'il ne soit stérilisé.

Si les regards se tournent aujourd'hui vers les tests salivaires dans la plupart des pays, les écouvillons demeurent indispensables pour diagnostiquer la Covid-19. Ces nouveaux résultats sont particulièrement encourageants pour tester toujours plus massivement les populations en vue de limiter la propagation du virus.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?