La CGT appelle à manifester le 3 décembre pour "les oubliés du Ségur" de la santé

  • La CGT en pointe sur l'équité et l'égalité des salaires, entre le public et le privé.
    La CGT en pointe sur l'équité et l'égalité des salaires, entre le public et le privé. salima ouirni - S.O
Publié le

Alors que le plan Ségur du gouvernement a récompensé les infirmières et les médecins, pour leur mobilisation face à la Covid-19, d'autres métiers du médico-social  sont en reste. Ce sont "ces oubliés du Ségur" que la CGT entend défendre. Pour cela, rendez-vous est donné ce jeudi 3 décembre, à 14h30, au  rond-point  de Saint-Félix. La manifestation est autorisée. 

La CGT, représentant les métiers  des secteurs professionnels du médical, sanitaire et du médico-social, appelle à une manifestation ce jeudi 3 décembre, à Saint-Félix (rond-point de McDo). De 14h30 à 16 heures, les manifestants réclameront la somme de 183€. Ils l'exigent pour "tous les oubliés du Ségur de la santé". 

Pourquoi, précisément 183 € ? Cette somme correspond à la différence de traitement des salaires entre  le public et le privé, au sein des  métiers du sanitaire et du médico-social. "Si on laisse perdurer cette situation, demain l'écart sera de 400 à 500 € entre ces secteurs. Qui voudra alors vouloir aller travailler dans le public ? ", s'interroge Francis Cunnac, délégué syndical CGT à Sainte-Marie. Car au-delà du complément indiciaire, le syndicat appréhende un manque de personnel, dans ces secteurs professionnels, où il est déjà difficile de recruter. Une fois n'est pas coutume, le syndicat est épaulé dans cette demande par les directions des établissements. Tous deux demandent que le projet de loi de financement de la sécurité sociale (2021) intègre cette demande de la valorisation des salaires. 

En Aveyron, l'établissement Sainte-Marie (850 salariés) et la fondation Opteo (anciennement Adapei Aveyron-Lozère, 1200 salariés) portent ces revendications. Ils diront aussi que les oubliés du Segur des conventions collectives hospitalières et médico-sociales ont perdu 30% de pouvoir d'achat en 20 ans. 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?