Une activité physique intense pourrait limiter certains symptômes de la ménopause

  • S'adonner à une activité physique de façon intensive pourrait permettre d'atténuer certains symptômes de la ménopause.
    S'adonner à une activité physique de façon intensive pourrait permettre d'atténuer certains symptômes de la ménopause. FreshSplash / IStock.com
Publié le , mis à jour

(ETX Studio) - Accroître l'intensité et la quantité d'exercices physiques réalisés régulièrement pourrait permettre de lutter contre certains symptômes de la ménopause, révèle une étude. Ce constat serait encore plus pertinent pour les femmes dont la ménopause résulte de traitements contre le cancer.

Pour cette étude, parue dans "Menopause", le journal de The North American Menopause Society (NAMS), les chercheurs se sont intéressés aux femmes dont la ménopause survient de manière naturelle, mais également et surtout à celles prises en charge pour un cancer dont les traitements - radiothérapie, chimiothérapie, ablation des ovaires - entraînent une ménopause qui s'accompagne de symptômes plus virulents comme les bouffées de chaleur, les troubles du sommeil, ou une mauvaise santé mentale.

Au total, ce sont près de 300 femmes qui ont participé à cette enquête. Non seulement les scientifiques ont analysé le lien entre activité physique autodéclarée et symptômes de la ménopause, mais ils ont également cherché à déterminer si une intervention ciblant le style de vie pouvait avoir un impact sur les niveaux d'activité physique et les symptômes de la ménopause.

Résultat, les auteurs de l'étude font état de symptômes moins sévères chez les femmes ayant un niveau d'activité physique moyen à élevé en comparaison avec celles ayant un niveau plus faible. Ils ont toutefois constaté qu'une intervention n'avait aucun effet sur les femmes traitées pour des cancers du sein, du sang, ou de l'appareil reproducteur. A ce titre, ils ont observé que les femmes prises en charge pour un cancer du sein et ayant des symptômes virulents liés à la ménopause étaient moins susceptibles d'adopter un mode de vie favorable à leur santé.

Ces travaux pourraient désormais permettre de mettre en place des programmes d'entraînement physique sur long terme destinés aux femmes qui ont subi un traitement contre le cancer. "Cette étude met en évidence certains des nombreux bienfaits connus de l'exercice chez les femmes atteintes ou non de cancer. Bien que l'exercice n'ait pas permis de réduire les bouffées de chaleur, les résultats concordent avec des études antérieures : il peut aider avec d'autres symptômes de la ménopause comme troubles de l'humeur et du sommeil", explique le Dr Stephanie Faubion, directrice médicale de la NAMS.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?