Sud-Aveyron : la décrue continue dans les hôpitaux

Abonnés
  • L’ouverture d’une unité Covid, commune à Saint-Affrique et à Millau, n’est pas à exclure.
    L’ouverture d’une unité Covid, commune à Saint-Affrique et à Millau, n’est pas à exclure.
Publié le

La direction de l’hôpital se prépare à l’après et anticipe la campagne de vaccination.

Après l’orage, la pluie fine. Les beaux jours ne sont pas encore là, mais le ciel se dégage au-dessus des deux hôpitaux du Sud-Aveyron.

À Millau, ce vendredi, six patients sont positifs au Covid-19, dans l’unité de Soins de suite et réadaptation (SSR), et plus aucun en médecine. Sur ces six malades, cinq arrivent de Saint-Affrique. Pour cause, le service de court séjour gériatrique d’Emile-Borel compte cinq patients sur dix lits ouverts, et l’unité de SSR saint-affricaine affiche complet avec quinze patients (pour autant de lits). Cela en fait deux de plus que la semaine dernière (20 au lieu de 18).

"On procède à des transferts entre Saint-Affrique et Millau pour soulager les services de Saint-Affrique. C’est important parce que le SSR est encore très occupé", précise Didier Bourdon, le directeur par intérim des deux hôpitaux. "On a une cellule de crise cet après-midi (vendredi) pour étudier la conduite à tenir sur le nombre de lits à maintenir, ou pas, au vu de ces résultats qui sont quand même encourageants", continue Nathalie Peyrottes, aux ressources humaines du centre hospitalier Emile-Borel. Chez le personnel, sept sont actuellement en arrêt maladie à Saint-Affrique, deux le sont à Millau, et un en télétravail. "On note une baisse des cas dans les établissements à Millau, constate Fabienne Silly, la directrice des soins. On se posera aussi la question au niveau du SSR polyvalent pour savoir si on va rester sur un secteur de dix lits. On temporise encore un peu. "

Annexe du plan blanc

Le plan de bataille est en marche, pour faire évoluer l’organisation des hôpitaux. L’ouverture d’une unité Covid, commune aux deux établissements, n’est pas exclue. "L’idéal pour nous serait de ne pas l’ouvrir et c’est pour cela qu’on ne se précipite pas pour le faire, ajoute Didier Bourdon. C’est peut-être une bonne solution pour reprendre l’activité traditionnelle. Aujourd’hui, il y a une tension sur les lits de médecine et elle commence à se répercuter sur le SSR. Si tel était le cas, il faudrait d’abord en parler avec les professionnels. Ce serait vraiment un travail avec celles et ceux qui sont au chevet de ces malades."

La reprise d’une activité normale serait une bonne nouvelle. Mais la prudence est toujours de mise. Avec les vacances qui arrivent, l’éventuelle troisième vague entre aussi dans les réflexions des réunions de crise. "On est en train de faire un retour d’expérience sur une méthodologie sophistiquée et partagée par beaucoup d’hôpitaux en France, assure le directeur par intérim. In fine, on va élaborer une annexe du plan blanc spécifiquement destinée au Covid-19. Nous voulons être absolument prêts, toutes questions confondues, à faire face, éventuellement, à une troisième vague."

Optimisme tout de même, les plannings ont été bouclés pour les fêtes, "les souhaits des agents ont été réalisés", afin que chacun s’offre un petit moment de répit mérité.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Millau

300 €

Studio meublé en centre ville - N728 - Studio meublé de 21 m² en centre vil[...]

55 €

A LOUER , centre de Millau place de parking - A LOUER, en centre de Millau,[...]

335 €

N302-Charmant studio, idéalement situé en centre ville comprenant une cuisi[...]

Toutes les annonces immobilières de Millau
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?