Balade avec Jean-Philippe Savignoni dans le Rodez insouciant des années 70

  • Jean-Philippe Savignoni devant l’appartement de son enfance.
    Jean-Philippe Savignoni devant l’appartement de son enfance. repro cpa
  • Le livre de Jean-Philippe Savignoni sortira le 12 décembre. Le livre de Jean-Philippe Savignoni sortira le 12 décembre.
    Le livre de Jean-Philippe Savignoni sortira le 12 décembre. repro cpa
Publié le , mis à jour

Sous sa plume aussi joyeuse que poétique, Jean-Philippe Savignoni nous plonge dans le Rodez de son enfance et fait remonter de beaux souvenirs.

Rodez, les années soixante-dix, vous vous souvenez ? Mais si, la piscine découverte au stade Paul-Lignon, le jardin public, le mini-golf, les majorettes… Vous avez du mal à vous souvenir ? Ou vous aimeriez avoir une idée de la vie ruthénoise à cette époque-là ? Alors il vous faut lire le livre de Jean-Philippe Savignoni. "Mon vieux Rodez et autres frissons de choses enfuies".

Il ne saurait vraiment dire pourquoi il a écrit ce livre. Ce sapin dans son salon, ce ciel gris, ces gens masqués, l’appartement de son enfance qu’il aperçoit tous les jours en sortant de chez lui, ces "amis" de facebook qui le remercient à chacune de ses publications sur ce Rodez qu’il a aimé, qu’il aime, son envie de partager… Il y a un peu de tout cela à la fois.

Et il s’est jeté à l’eau comme il le faisait dans cette piscine découverte de la rue Vieussens, entourée de gradins sur lesquels les Ruthénois se brûlaient les fesses. Il a écrit ce livre qui sortira le 12 décembre teinté d’un brin de nostalgie mais sur un ton léger, parfois humoristique. "Un livre écrit à hauteur d’enfant parce que j’aime ce côté sucré de l’enfance", glisse-t-il. Avant de se laisser porter par ses souvenirs. Les majorettes, la Diane Rouergate qu’il appelait les soldats de plomb, les portes blanches du jardin public qui se refermaient en claquant, l’odeur du métal des toboggans,…

"Et quand je parle de cela aux Ruthénois, ils me disent, mais oui, c’est ça… C’est pourquoi je dis que je raconte leur histoire. Que ce livre, c’est notre livre."

Conteur hors pair à la plume poétique, Jean-Philippe Savignoni a cette clé magique qui fait remonter des souvenirs à la surface.

Il a 56 ans et n’a jamais quitté ce Rodez qu’il connaît mieux que sa poche. École Sainte-Procule, collège Saint-Joseph, lycée Sainte-Marie et… des études de comptabilités. Mais il ne savait pas encore qu’il voulait plutôt conter que compter. Il a toutefois vite lâché la calculette pour se laisser guider dans des univers plus poétiques. Pour la plus grande chance des Ruthénois. Les comédiens au chariot, "la" troupe de théâtre de Rodez, le spectacle vivant, l’office du tourisme de Rodez, puis le service du patrimoine de… Rodez agglomération. Il ne s’est jamais séparé de la ville et de son histoire. Il a d’ailleurs coécrit plusieurs ouvrages sur celles-ci, notamment avec Jean-Michel Cosson et le regretté Paul Astruc. Mais là, c’est seul qu’il s’est lancé dans cette aventure. Comme pour mieux savourer chacun de ses instants qu’il a passé à se replonger dans les souvenirs de son enfance. Quand il n’était jamais très loin des jupes de sa mère. Pour mieux les revivre.

Et la chance des Ruthénois qui liront ce livre, ce sont ces détails qu’il a gardés en mémoire et qu’il distille si bien. Ce nylon rouge des chaises de terrasses de café, ce lévrier qui était toujours dans le jardin public, ces cannes du minigolf, les jupes courtes des majorettes… Tous ces détails qui en appellent d’autres et qui réveillent chez le lecteur de nouveaux souvenirs.

C’est pour cela que ce livre ne dit pas "c’était mieux avant", même si son auteur reconnaît que son terrain de jeu s’est rétréci avec la disparition de "ces chemins creux" sur lesquels il y a toujours une histoire à raconter. Comme lorsqu’il conte les histoires, Jean-Philippe Savignoni essaie de faire sourire, de faire rire, d’émouvoir aussi. "Le risque était de s’engluer, c’est pourquoi le ton est plutôt joyeux dans ce livre. Je l’ai écrit en toute modestie. Avec juste l’envie que les gens y prennent du plaisir".

En ces temps moroses, permettre aux Ruthénois de se plonger dans l’insouciance des années 70 à Rodez est un beau cadeau que nous fait là Jean-Philippe Savignoni.

"Mon vieux Rodez et autres frissons des choses enfuies",
15 euros. Disponibles à partir du 12 décembre.
Philippe Routhe
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

325 €

Ce studio vous propose : Une entrée donnant sur la pièce principale équipée[...]

325 €

A louer, T1 de 25.44 m2 à Rodez - Bourran Pièce principale avec coin kitche[...]

320 €

Ce studio idéal pour étudiants vous propose: Une entrée avec placard Un séj[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?