Comprégnac : une saveur particulière pour la 20e édition de la fête de la truffe

  • L’organisation compte sur une forte mobilisation malgré un contexte sanitaire défavorable, et l’annulation de toutes les animationset les conférences habituelles. Sans parler de la dégustationde l’omelette géante
    L’organisation compte sur une forte mobilisation malgré un contexte sanitaire défavorable, et l’annulation de toutes les animationset les conférences habituelles. Sans parler de la dégustationde l’omelette géante LB
Publié le

Le marché sud-aveyronnais de la truffe se tient ce dimanche 20 décembre , de 10 heures à 16 heures, dans un format amaigri par le contexte.

Les organisateurs étaient pendus aux dernières annonces gouvernementales et attendaient le feu vert de la préfecture. La 20e édition de la fête et marché de la truffe de Comprégnac se déroule bien aujourd’hui, avec une formule revisitée pour répondre au contexte sanitaire et les mesures de protection qu’il impose.

De 10 heures à 16 heures, les visiteurs, qui viennent habituellement des départements limitrophes et du Millavois, doivent respecter le port du masque ainsi qu’un sens de circulation dans le village et auront du gel hydroalcoolique à disposition. La circulation est également interdite dans la commune pour respecter le plan Vigipirate.

"C’est une année particulière sous toutes les coutures et on aurait marqué cette vingtième édition d’une autre manière", glisse Roger Lafon, responsable de la maison de la truffe et vice-président de l’événement. Le syndicat, qui pèse 170 membres et encore en voie d’expansion, s’est donné les moyens pour perpétuer sa philosophie : "Valoriser la production du coin, notamment autour de Millau et de Comprégnac."

Entre 500 et 550 € le kilo

Pour cette édition remaniée, "les visiteurs n’ont pas d’autres choix que d’acheter de la truffe pour en manger", précise Mathieu Rivière, président du syndicat des trufficulteurs de l’Aveyron et de l’association de la Maison de la truffe. Il n’y a pas d’animations ni de conférences et les visiteurs doivent se passer de la traditionnelle omelette, 170 en avaient été servies l’an passé. Pour ce qui est maintenu, une vingtaine de trufficulteurs sont mélangés à d’autres producteurs de miel, de foie gras et autres productions aveyronnaises. "Chaque truffe est déjà dans un sachet avec son poids et le prix, et on s’arrange pour proposer plusieurs points de vente dans le village", précise l’organisation.

Si l’année 2020 a été marquée par la crise sanitaire, l’année semble propice au champignon, dont la maturité est déjà présente, contre janvier habituellement. Très appréciée pour les fêtes, et malgré la demande des restaurants en moins, la truffe ne connaît pas la crise financière : il faudra compter entre 500 et 550 € le kilo pour en déguster, à toutes les sauces.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?