Onet-le-Château : l’Ehpad La Rossignole, au cœur de la tourmente

  • L’Ehpad La Rossignole,  au cœur de la tourmente
    L’Ehpad La Rossignole, au cœur de la tourmente Centre Presse - José A. Torres
Publié le , mis à jour

Immonde, immoral, infâme, abject… En septembre dernier, tout le vocabulaire de l’horreur fut utilisé pour décrire l’affaire dite de l’Ehpad La Rossignole, à Onet-le-Château. Une affaire qui a dépassé les frontières du département, s’affichant à la Une de la presse nationale. Rappel des faits : le 4 août 2020, la direction de l’Ehpad dépose une plainte auprès du commissariat de police de Rodez pour des maltraitances commises sur des résidents par des personnels. Des photos et vidéos mettant en scène des résidents dans différentes situations dégradantes étaient échangées au sein d’un groupe Messenger ouvert entre salariés, et des commentaires irrévérencieux ou à caractère sexuel venaient ponctuer ces publications. D’autres comportements pouvant recevoir la qualification de violences sur personnes vulnérables, ou de délaissement ont été par la suite signalés. Le scandale implique 11 des 55 effectifs de La Rossignole, plusieurs ont été mis à pied par l’établissement.

Une enquête préliminaire ainsi qu’une information judiciaire ont été ouvertes par le parquet de Rodez. Six victimes potentielles ont pu être identifiées, d’une moyenne d’âge de plus de 77 ans. Les supports vidéo ont été exploités par les enquêteurs : ils mettent en avant une dizaine de mises en scène de résidents, assorties de commentaires. Au 25 septembre, 14 plaintes avaient été enregistrées dans le cadre de cette affaire, dont plusieurs de familles de résidents sous le choc après ces révélations. "Cela fait neuf mois que duraient leurs cochonneries. Et les soignants ne leur donnaient que des demi-portions pour manger, gardant le reste pour assurer leur déjeuner", a témoigné l’une des filles d’une résidente dans notre quotidien, au mois de septembre dernier. Plusieurs ont également dénoncé un manque d’hygiène flagrant dans l’unité incriminée, celle des patients Alzheimer. L’affaire a provoqué un séisme dans l’établissement aussitôt confronté à de nombreuses menaces de démissions parmi le personnel. Un établissement qui connaissait depuis plusieurs années un problème de gouvernance et qui aujourd’hui tente, petit à petit, de se reconstruire. Le volet judiciaire, lui, se poursuit. Deux employés ont d’ores et déjà été placés en garde à vue. Ils ont nié les faits.

Centre Presse
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

310 €

Secteur proche de l'IUT de Rodez et du lycée Monteil venez découvrir ce gra[...]

325 €

A louer, appartement de type T1 Bis de 37 m2 situé Rue St Cyrice, à 200 mèt[...]

631 €

Séjour avec balcon , cuisine(placards, hotte), deux chambres, salle de bain[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
Anonyme17073 Il y a 1 année Le 30/12/2020 à 17:19

Bonjour,
Une personne "âgée" est vulnérable, fragile et parfois perdue dans un établissement et du personnel qu'elle ne connaît pas.
Si elle ne s'adapte pas, qu'elle est trop en retrait, elle risque de s'enfoncer inexorablement surtout si le personnel manque "d'empathie, de gentillesse, de soutien". Pas surprise au vu de ce qui s'est passé pour mon père à l'eh pad "gloriande" de Severac.
Je n'ai pour l'instant pas apporté à l'ars les éléments que j'ai en ma possession car je sais que cette eh pad a été fortement infectée par le "covid". Je n'en pense pas moins quand même.
Certaines feraient mieux de choisir une autre voie ....
M.Fabre (fille de Mr Fabre dcd le 29 mai 2020)

Altair12 Il y a 1 année Le 29/12/2020 à 09:20

Il faut des sanctions extrêmement sévères à l'encontre de ces gens qui s'en sont pris de façons aussi abjectes à des personnes fragiles !