Football : à la reprise, la Coupe de l’Aveyron sera-t-elle sacrifiée ?

  • Vabres-l’Abbaye chez les femmes et Naucelle chez les hommes sont les derniers vainqueurs de la Coupe de l’Aveyron. C’était en 2019.
    Vabres-l’Abbaye chez les femmes et Naucelle chez les hommes sont les derniers vainqueurs de la Coupe de l’Aveyron. C’était en 2019. LB
Publié le

La FFF a livré ses recommandations aux Ligues et Districts en vue de la potentielle reprise d’activité de la pratique amateur. Et pour le nouveau président de l’instance aveyronnaise, le Druellois Pierre Bourdet, il est urgent d’attendre.

Le document date de décembre. Et ce qu’il révèle pourrait évidemment être modifié par le nouveau rendez-vous du comité exécutif de la FFF prévu le 21 janvier. Toutefois, le dernier procès-verbal du COMEX fédéral livre six principes et deux formats de championnats à choisir aux Ligues et Districts, en vue de la reprise des compétitions, dont on ne sait toujours pas quand elle aura lieu ; et alors que l’hypothèse d’une saison blanche ne peut pas, à ce stade et au regard des évènements qui se sont déroulés depuis mars dernier, être totalement écartée.

Bourdet : "En semaine, cela serait la galvauder"

Parmi les six préalables à la reprise, on notera "l’annulation de l’ensemble des coupes régionales (déjà effective en Occitanie, NDLR) et départementales, afin de récupérer des dates pour les matches de championnat." Qu’en dit le tout nouveau président du District de l’Aveyron, Pierre Bourdet ? "D’abord, pas d’affolement. Attendons de voir la situation sanitaire se stabiliser et les décisions prises par les pouvoirs publics. Il sera temps ensuite de prendre la bonne décision ", répond-il. Avant de préciser un peu son sentiment : "La Coupe de l’Aveyron, c’est l’étoile qui brille sur le football départemental, donc si tout est réuni pour qu’on puisse la jouer sereinement, on la jouera. Mais si on nous l’interdit, on respectera cela. Par ailleurs, si les dates venaient à manquer dans le calendrier, une chose est sûre : on ne la fera pas se disputer en semaine car cela serait la galvauder. " Le calendrier, c’est bien le nœud du problème. D’autant que la 3F a indiqué qu’"aucune rencontre de la saison 20-21 ne pourra être disputée après le 30 juin ", tout en appelant de ses vœux "une application stricte du nombre d’accessions et de relégations prévu en début de saison". En clair, priorité aux championnats dont les formats restent à déterminer, avec néanmoins deux solutions déjà envisagées. Plan A : "mener le championnat à son terme ou le plus loin possible", dans sa formule actuelle, avec montées et descentes "classiques", même si tous les matches n’ont pas été disputés. Plan B : "arrêter à la fin de la phase aller puis organiser un mini-championnat ", avec poules de play-off et play-down. Et là aussi, même si un éventuel nouvel arrêt ne permet pas d’aller au bout, les ascenseurs sont malgré tout en marche.

Le quoi qu’il en coûte pour les championnats

"Le championnat, c’est le foot de la vérité, de la régularité, analyse de son côté Pierre Bourdet. Donc l’idéal, selon moi, c’est de jouer un vrai championnat. Après, si l’on est contraint par les dates, il faudra prendre la moins mauvaise solution. " Quitte, pour le coup, à devoir jouer en semaine. " Ce serait difficile à plusieurs points de vue, mais ce serait toujours mieux ainsi que de ne pas jouer les matches tout court. "

Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?