Procès d'Alexandre Dainotti : l'avocat général demande 30 ans de prison pour l'assassinat de Pascal Filoé

  • Olivier Naboulet, l'avocat général pendant le procès.
    Olivier Naboulet, l'avocat général pendant le procès. Centre Presse - José A. Torres
Publié le

Lors de la dernière journée du procès pour l'assassinat d'Alexandre Dainotti, Olivier Naboulet a réclamé trente années de prison et une période de sûreté de 20 ans.

Vendredi, lors de l'ouverture de la dernière journée du procès, devant les assises de l'Aveyron, d'Alexandre Dainotti, pour l'assassinat, en 2018, de Pascal Filoé, alors patron de la police municipale, qu'il estimait responsable de la confiscation de son chien, qu'il n'avait pas le droit d'avoir, Olivier Naboulet, l'avocat général, a requis 30 années de prison pour le pour l'accusé, une peine assortie d'une période de sûreté de 20 ans. 

Dans son réquisitoire, celui qui est procureur de la République auprès du tribunal de Rodez s'est attaché à rappeler au jury la notion de meurtre, mais aussi celle de préméditation. Une fois ces références à la loi et à la jurisprudence, il s'est arrêté sur les faits, pour démontrer qu'il y avait bien intention préparée de tuer. "L'accusé prétend ne pas avoir voulu donner la mort, a-t-il lancé dans un réquisitoire qui a duré pas loin d'une heure. Faire mal, marquer, charcler, selon ses propos. Eh bien le tuer, si. Le lieu et le moment sont parfaitement choisis. Il peut y avoir des passants, suffisamment pour que ça se sache. On touche la mairie, on est juste à côté de la police municipale. En termes de résonance, pour celui qui va commettre cet assassinat, c'est parfait. Monsieur Dainotti explique que s'il avait voulu tuer, il serait allé à son domicile et se serait jeté sur sa victime. Nous savons qu'il n'avait pas de moyens de locomotion. Soyons sérieux, le lieu était parfaitement choisi, il disait la veille qu'il voulait qu'on entende parler de lui." 

Un rappel de la violence des faits

Après cette introduction, Olivier Naboulet s'est attelé à rappeler au jury, composé de six citoyens et trois juges professionnels, les faits. "Les coups dans le dos : un, puis deux, puis trois, a-t-il énuméré. Des coups qui seraient, selon sa version, consécutifs de sa violence pour faire mal, blesser, rendre infirme. Non, celui qui pour tenter d'être viril appelle ses chiens Rocco ou Poutine, se jette, il saute dessus."

L'avocat général insiste sur la longueur des faits. "Nous savons qu'au moins six coups ont été portés alors même que Monsieur Filoé était au sol. Il prend le temps de viser et d'agir avec une force, une telle violence, qu'entre autres, une côte sera cassée. Vous vous souvenez que le médecin légiste nous a dit que parmi les os humains, les côtes étaient les plus solides. Et qu'il fallait une force certaine pour les casser. Neuf coups, les premiers par surprise totale, en tenant par le coup en empêchant toute tentative de fuite. Les suivants alors même que la victime ne peut plus réagir. Des blessures dans le dos, des blessures dans le thorax. Des blessures dans des parties du corps que nous savons être vulnérables."

"Tous les assassinats prononcés en France sont des dossiers uniques"

En ouverture de son réquisitoire, le procureur avait insisté sur le comportement de l'accusé au cours de l'audience. "Le ton de ce procès a été donné dès le premier jour par l'accusé lui-même qui a dit : "Je ne regrette rien." Des arguments supplémentaires pour que l'avocat général demande une très lourde peine. "La peine à prononcer à l'encontre de monsieur Dainotti est en fonction des éléments que je vous ai énoncé. Tous les assassinats prononcés en France sont des dossiers uniques. Aucun ne peut être comparé. La douleur des victimes est incomparable. Et pourtant, il faut que je me serve des autres affaires. Il faut une unité. Il faut aussi que vous répondiez à la famille qui vous a dit que sa peine est à perpétuité, mais qu'elle n'entendait pas chercher vengeance, seulement que justice soit rendue."

C'est désormais à l'avocate de Dainotti, Maïlys Larmet, de plaider la cause de son client. Elle devra tenter de convaincre les jurés que son client de mérite pas une peine si lourde.

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

418 €

LOCATION APPARTEMENT SANS FRAIS D AGENCE Entrée avec placards, séjour avec [...]

275 €

Ce studio situé dans une petite résidence calme vous propose : Un séjour do[...]

380 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D'AGENCE- 2 Pièces secteur Faubourg H[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Anonyme12496 Il y a 1 mois Le 15/01/2021 à 12:13

Bonjour
suite à ce que j'ai pu lire 30 ans c'est un cadeau
il ne mérite pas de vivre après comme si de rien n'était
il a enlever une vie donc il faut lui prendre la sienne
Bises à tous tes proches Pascal