Canet-de-Salars : à Frontin bas, on cultive des Frontilles

  • . .
    . Repro CPA
  • .
    . Repro CPA
  • .
    . Repro CPA
Publié le

Au cœur du Lévézou, au bord du lac de Pareloup, Jérémy et Lucie Coulon ont décidé de cultiver des lentilles blondes, en parallèle avec leurs métiers respectifs.

Mais que sont les Frontilles ? Ce sont des lentilles blondes produites à Frontin !

Au lieu-dit Frontin bas, à Canet-de-Salars, Jérémy Coulon s’y est installé en 2012, à la suite de son père Christian qui, éleveur de vaches laitières, aspirait à prendre sa retraite. Technico-commercial en production végétale, chez Baulez à Pont-de-Salars, il connaît bien l’agriculture puisqu’il conseille les paysans pour lesquels il assure le suivi technique de leurs cultures.

Étant très sensible à la préservation des sols, il a eu envie de cultiver intelligemment en intégrant une légumineuse. La lentille lui a paru alors la meilleure des solutions : peu gourmande en eau, elle apporte naturellement de l’azote à la terre et l’enrichit donc pour la culture suivante. "La rotation des cultures est un des leviers incontournables pour préserver le sol, affirme Jérémy. De plus, riche en protéines, fibres et sels minéraux, dont le fer, la lentille est bonne pour la santé."

Terres ensoleillées au bord du lac

Lucie, son épouse, partage cette nouvelle passion avec lui. Graphiste dans une agence de communication, à Rodez, c’est son BTS agricole qui la pousse vers la terre, elle également. Et c’est donc en parfaite harmonie que ce jeune couple s’investit dans cette activité, parallèlement à leurs métiers respectifs.

Ils cultivent donc, depuis 2015, quatre à cinq hectares de terres ensoleillées au bord du lac de Pareloup, pour la grande fierté de Christian, ravi de voir avec quel entrain les enfants mènent leur affaire, et comme ils sont impatients d’arriver à la saison des moissons, à la mi-août 2021 ! "Cette culture nécessite beaucoup de soins, explique Jérémy, car du semis au conditionnement, nous attachons de l’importance à chaque étape." Et Lucie d’ajouter : "Nous sommes un peu des bichonneurs de graines !"

Une machine "bricolée" pour l’ensachage

Pour la moisson, ils pourront compter sur Philippe, un ami, qui s’applique à les récolter avec la plus grande attention, grâce à sa moissonneuse-batteuse de 1965. Quant à l’ensachage, il marquera la fin de la saison. C’est une opération artisanale et familiale au moyen d’une machine "bricolée" par Jérémy en attendant de pouvoir investir dans un appareil plus fonctionnel.

Lorsqu’ils préparent les lentilles pour la vente, Jérémy et Lucie Coulon confectionnent des sachets de 500 grammes que l’on peut trouver, chez "Locavor", à Pont-de-Salars, "Au temps d’antan", à Salles-Curan, à "L’échoppe aveyronnaise" de Cassagnes-Bégonhès, aux magasins "Les fermes des artisous" et "Aveyron gourmet", et, bien entendu, "L’Oustal", à Canet-de-Salars.

Contact au 06 72 10 58 66 ou par mail lesfrontilles@gmail.com

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Canet-De-Salars

40000 €

Belle maison de village mitoyenne pleine de charme, à entièrement rénover e[...]

Toutes les annonces immobilières de Canet-De-Salars
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?