Assassinat de Rodez : Alexandre Dainotti fait appel de sa condamnation

  • Le procès d'Alexandre Dainotti a eu lieu du 11 au 15 janvier derniers.
    Le procès d'Alexandre Dainotti a eu lieu du 11 au 15 janvier derniers. Centre Presse - J.A.T.
Publié le

Jugé coupable le 15 janvier dernier par la cour d'assises d'avoir assassiné Pascal Filoé, l'accusé fait appel de sa condamnation à 30 ans de réclusion criminelle. 

Sans grande surprise car il l'avait déjà laissé entendre au cours de son procès, Alexandre Dainotti a décidé de faire appel de la condamnation prononcée au terme de cinq jours d'audience, par la cour d'assises de l'Aveyron. 

Jugé pour assassinat sur la personne de Pascal Filoé, directeur général adjoint des services de la Ville de Rodez, la cour et les jurés avaient été convaincus de sa culpabilité et l'avaient condamné à 30 ans de réclusion criminelle. En septembre 2018, il lui était reproché d'avoir porté plusieurs coups de couteau, qui s'avéreront mortels,  à sa victime, dans une rue de Rodez. Il avait agi après que Pascal Filoé lui avait retiré son chien jugé dangereux, Alexandre Dainotti vivant essentiellement dans la rue.

L'accusé n'a pas nié les faits qui lui étaient reprochés au cours de son procès, mais avait provoqué plusieurs incidents d'audience considérant être victime à son tour de  "mensonges". La date de son second procès, en cour d'appel cette fois, sera fixée ultérieurement. 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

321 €

Appartement T1 Bis d'environ 27 m² situé au 4ème étage avec ascenseur sur l[...]

450 €

[...]

430 €

Dans centre ville de RODEZ proche de toutes commodités venez découvrir ce c[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Vilain Il y a 1 mois Le 20/01/2021 à 05:38

Faire appel est une procédure prévue par la Loi, et il n'est donc pas anormal de l'utiliser en droit.
Cet appel pourrait permettre de répondre enfin à 3 questions :
Pouvait-on éviter cette tragédie ?
Qui pouvait le faire ?
Pourquoi avoir laissé pourrir aussi longtemps ce dossier ?
Voilà, les questions qui demeurent en suspens et qui doivent trouver réponse en Appel.