Rodez : l’atelier des Gourdes éclaircit la question des masques

  • Anne Gayral continue ses cours de couture à distance, grâce à son site.
    Anne Gayral continue ses cours de couture à distance, grâce à son site. Repro CP
Publié le

Très engagée dans la confection de masques en tissu depuis le premier confinement, la couturière Anne Gayral est allée à la rescousse des personnes qui se posent mille et une questions sur l’efficacité des masques, récemment remise en question.

L’accessoire indispensable du moment fait encore parler de lui. Lundi 18 janvier, le Haut Conseil de la Santé Publique a averti que les masques en tissu ne filtrant qu’à 70 % (soit des masques en dessous de la catégorie 1), ne faisaient pas le poids face au nouveau variant du virus.

Et avant-hier soir, c’est Olivier Véran, ministre de la Santé, qui a renchéri en précisant qu’il "était recommandé de plus utiliser de masques artisanaux ".

De quoi embrouiller encore un peu plus les esprits sur ce qu’il est utile et possible de porter. " C’est râlant pour les couturières qui fabriquent et vendent des masques. Au printemps, tout le monde était très content de pouvoir compter sur elles quand les masques manquaient ", confie Anne Gayral, créatrice de l’Atelier des Gourdes.

Question d’efficacité

Suite aux annonces nationales, la couturière ruthénoise a reçu de nombreux messages d’interrogation, d’agacement et de lassitude. "Les gens sont las des mesures qui changent tous les jours ", ajoute-t-elle. Pour éclaircir au mieux la situation, Anne Gayral a alors fait des recherches et contacté ses partenaires du printemps : l’Afnor. Elle a réuni toutes les données qu’elle a trouvées sur son blog (latelierdesgourdes.fr), afin de comparer les différents types de masques en tissu et leur efficacité.

Deux catégories

La Ruthénoise explique que la différence entre les masques de catégorie 1 (qui sont les seuls recommandés à ce jour) et ceux de catégorie 2, est la capacité filtrante de leurs matériaux.

Les premiers sont capables de filtrer plus de 90 % des projections de 3 microns, alors que le taux de filtration des autres oscille entre 70 et 90 %. "Et en ce qui concerne les masques maison, le problème est qu’on ne pourra jamais les faire tester. On ne saura donc jamais si le masque qu’on a fabriqué est de catégorie 1 ou 2", déplore Anne Gayral.

Une affaire de tissus

Les deux paramètres mesurés lors des tests, la filtration et la respirabilité, dépendent non seulement de la confection des masques, mais surtout des matériaux. "Il y aurait moyen de faire des masques faits main efficaces, mais les tissus recommandés sont difficiles à trouver, à identifier ou trop onéreux", constate la couturière.

Mais elle fonde de grands espoirs dans un autre type de protection : le masque à filtre. "J’ai travaillé sur le patron pendant le premier confinement avec l’Afnor", précise-t-elle. Le filtre (essuie tout ou mouchoir) glissé à l’intérieur du masque en tissu deux couches permettrait d’en accroître la qualité. Mais le problème est toujours le même : impossible de tester des masques maison. Anne Gayral ne propose pas de solution, mais son guide en ligne permet de peser les pour et les contre de l’utilisation des masques en tissu.

Et si le ministère de la Santé demande de ne plus utiliser de protections artisanales, de nombreux masques en tissu répondent encore aux normes sanitaires. Ils permettraient de limiter (si c’est encore possible), l’impact environnemental des masques jetables et de tous ceux déjà jetés.

Un prix "Or’Norme"

" Bientôt un nouveau cadre au mur, à l’atelier !", se réjouit Anne Gayral, fondatrice de l’Atelier des Gourdes. En effet, l’autoentrepreneuse et couturière ruthénoise a reçu le prix de personnalité Or’normes 2020, qui lui a été remis par le Club des adhérents de l’Afnor la semaine dernière. Elle a été récompensée pour sa contribution à l’élaboration des patrons de masques barrières certifiés par l’Afnor. Elle a notamment conçu les patrons des masques pour enfants. Anne Gayral a alors pu retrouver l’équipe de l’Afnor avec laquelle elle a travaillé à distance au printemps dernier. Ses tutos vidéos de fabrication de masques, publiés pendant le premier confinement, ont cumulé des milliers et des millions de vues. 3,5 millions plus précisément, pour l’une d’entre elles. Et cela lui aura donné des idées et de la visibilité : l’Atelier des Gourdes prépare l’arrivée de son tout premier livre, dont la sortie est prévue pour le début de l’été.

 

Margot Pougenq
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

417 €

Situé à proximité de l'IUT, appartement de type 2 d'environ 42m² composé d'[...]

540 €

SECTEUR RODEZ : Bel appartement de Type 3, 77m² Loi Carrez, tout rénové com[...]

80000 €

Bourran, un logement de type1 bis situé en sixième et dernier étage avec as[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?