Le tunnel de Couffoulens est désormais ouvert à la circulation

  • Les véhicules empruntant cet édifice peuvent rouler sur un bon revêtement. Les véhicules empruntant cet édifice peuvent rouler sur un bon revêtement.
    Les véhicules empruntant cet édifice peuvent rouler sur un bon revêtement.
Publié le

En 1871, pour des raisons politiques et économiques, une ligne de chemin de fer Albi - Le Vigan est envisagée. Peu à peu ce projet se concrétise avec la déclaration d’utilité publique en 1881 et l’attribution de la concession à la compagnie du Midi en 1883. Les travaux débutent rapidement avec la création du parcours Saint-Juéry/Albi en 1899. La Première Guerre mondiale vit l’arrivée d’ouvriers étrangers remplacés peu à peu par des prisonniers allemands.

Le rythme ralentit pendant ces années de conflit, puis s’accéléra pendant les années 1920 ou ponts, tunnels, gares virent le jour. C’est ainsi que sur la commune de Brousse-le-Château, le pont de la Bouysse, la maison de la gare, les tunnels de La Borie- Blanche et de Couffoulens furent créés.

En 1932, l’État livre à la Compagnie du Midi tous les ouvrages réalisés, mais cette dernière hésite à prendre en charge la finition et obtient le classement de la ligne en travaux de deuxième urgence. Deux ans après, en attendant la reprise économique, les finitions sont suspendues.

Hélas, en 1938 est créée la SNCF qui se désintéresse des petites lignes et en 1941 la ligne est déclassée 63 700 000 francs de l’époque auront été dépensés pour une ligne qui n’aura jamais connu les rails. Mais cela n’aura pas été inutile car certains souhaitent faire une route à la place de la voie ferrée pour désenclaver la vallée du Tarn.

En 1968, ce souhait est réalisé avec l’aménagement d’une route touristique en suivant au deux-tiers la voie ferrée.

À la fin de 2020, le tunnel de Couffoulens de 400 mètres de longueur a subi une fermeture à la circulation afin d’effectuer des travaux de confortement de la chaussée. Désormais, les véhicules empruntant cet édifice peuvent rouler sur un bon revêtement. De plus, des contrôles fréquents attestent le bon état de la galerie malgré le centenaire de sa réalisation. Preuve que ce tunnel survit aux années et reste éternellement jeune.

JDM
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?