Tourisme : l’Aveyron veut devenir une destination par "nature"

  • Jean-Luc Calmelly, président de l’agence de développement touristique en Aveyron.
    Jean-Luc Calmelly, président de l’agence de développement touristique en Aveyron. Repro CP
Publié le

L'ADT prépare sa stratégie de communication pour la prochaine saison estivale.

"Le budget communication (350 000 €) est bloqué", assure Jean-Luc Calmelly, maire de Bozouls et président de l’agence de développement touristique (ADT) de l’Aveyron.

Comme l’an dernier, devant l’absence de visibilité, l’ADT tient à faire preuve de réactivité. Et l’Aveyron semble avoir encore sa carte à jouer avec la frilosité, légitime, des Français à partir loin en vacances.

La campagne de communication élargie

De ce fait, la campagne commerciale menée l’an dernier sera la même cette année, portées par le slogan "Trop loin si proche" ou encore "L’ailleurs n’est pas loin". Un changement s’opère toutefois concernant le périmètre d’action.

L’an dernier, le rayon comprenait les capitales régionales, à savoir Montpellier, Toulouse et Clermont-Ferrand ; cette année, l’ADT voit plus grand (mais toujours plus proche) en visant la clientèle de Bordeaux, Lyon et Marseille. Le double objectif reste la clientèle "jeune et de proximité", rappelle Jean-Luc Calmelly.

Complémentaire avec la Région

En définitive, la campagne de proximité gagne du terrain. L’ADT veut aussi évoluer sur la sémantique, et remplacer le terme "campagne" – un brin démodé" –, sans doute par "nature", plus enclin aux grands espaces. En clair, venir naturellement en Aveyron.

Dans ces préparatifs, l’ADT envisage de relancer l’opération "A vos côtés pendant le confinement" avec les prestataires pour maintenir le lien. En interne, les professionnels du tourisme poursuivent leur formation avec le programme numérique dénommé "Panda" pour être plus performant au niveau du référencement et plus à l’écoute des gens.

Enfin, un rapprochement s’est opéré avec la Région qui voit (enfin) d’un bon œil la complémentarité avec l’Aveyron qui a certes une fréquentation en baisse en 2020, mais parmi les meilleurs de France. Reste à attendre le feu vert de l’État, ici en Aveyron, l’élu Bozoulais conclut : "On est prêt."

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?