La Centrale photovoltaïque de Pessens peut alimenter l’équivalent de 1 900 foyers/an

  • Photo en drone du Parc Solaire du groupe Générale Solaire. La Zone d’Arsac et  Rodez en arrière-plan.
    Photo en drone du Parc Solaire du groupe Générale Solaire. La Zone d’Arsac et Rodez en arrière-plan.
Publié le

La Centrale photovoltaïque au sol en activité au-dessus du village de Pessens est opérationnelle. Elle a été réalisée par le Groupe Générale du Solaire créé en 2008, à l’initiative de Daniel Bour.

Ce groupe est un expert du développement, de l’ingénierie, de la création, du financement et de l’exploitation de centrales photovoltaïques. Ces diverses compétences permettent la production d’électricité renouvelable en France et à l’international.

Le groupe emploie environ 70 personnes, principalement à son siège à Paris et à son agence de Montpellier. Ces diverses activités de développement et d’exploitation de sites photovoltaïques ont généré un chiffre d’affaires de 60 millions € en 2020.

Le groupe compte au nombre des leaders sur les centrales au sol et sur les centrales intégrées en toiture. Au total, Générale du Solaire détient en propre 250 mégawatts de centrales solaires en France et décompte pou 1 GWc de projets de développement dans le monde.

350 projets lauréats aux appels d’offres de la Commission de Régulation de l’Énergie et 600 MWc de projets de développement en France créditent ce rang d’acteur leader dans le domaine des énergies renouvelables.

Le Parc solaire de Pessens occupe une surface totale de 5, 5 ha, autrefois dévolues à une carrière de baryte qui fut le plus grand employeur de la commune de La Loubière jusqu’à la fin de son exploitation dans les années 1980 en raison de l’épuisement du minerai. La puissance est évaluée à 3,8 MWc pour une production annuelle de 5 700 MWh, soit la consommation équivalente à 1900 foyers par an. Cette production correspond à 390 tonnes par an de CO2 économisées !

Dès la fin de l’exploitation de la baryte, les friches avaient envahi le terrain qui servait aussi de décharge pour le BTP et notamment d’entrepôt pour les résidus de démolitions. Ce sont donc des terrains très hétérogènes de terre, argile, remblais et béton qui a été essarté, nivelé et revalorisé pour cette conversion en champ photovoltaïque. L’implantation des pieux des trackers a donc nécessité l’utilisation d’une foreuse en sus des engins courants de travaux publics. Les trackers sont des panneaux qui ont pour particularité d’optimiser la production par un dispositif permettant le suivi de la course du soleil sur un axe. Ce projet a été accepté par les riverains. Ce consensus se justifie par l’absence de nuisances.

Le Parc solaire domine le village et n’est visible que de la route reliant La Roquette à Agen-d’Aveyron.

CORRESPONDANT
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?