Un rapport parlementaire pour prévenir du suicide chez les agriculteurs présenté en Aveyron

Abonnés
  • Olivier Damaisin aux côtés de Stéphane Mazars, après leur rencontre avec les acteurs de l’agriculture en Aveyron.
    Olivier Damaisin aux côtés de Stéphane Mazars, après leur rencontre avec les acteurs de l’agriculture en Aveyron.
Publié le , mis à jour

Le député du Lot et Garonne, Olivier Damaisin a remis un rapport autour de la prévention et de l’accompagnement des agriculteurs en difficulté. Il a été présenté hier à la chambre d’agriculture.

Olivier Damaisin, député du Lot-et-Garonne a sillonné la France entière à la rencontre d’agriculteurs. "Ce rapport est d’abord né d’un constat et d’une histoire personnelle. J’ai été le témoin indirect du suicide d’un agriculteur qui habitait près de chez moi. J’ai été marqué par cette histoire et je me suis toujours dit qu’il fallait faire quelque chose", raconte-t-il.

L’an dernier, alors que le Salon de l’agriculture clôturait ses portes, le député du Lot-et-Garonne a lancé son enquête, à la demande du Premier ministre. Un peu plus de neuf mois plus tard, il remettait son rapport.

Et environ un an après, Olivier Damaisin était en Aveyron, hier après-midi, aux côtés de son collègue Stéphane Mazars, pour présenter les conclusions de cette mission devant les instances agricoles du département.

Actions concrètes

Un rapport qui prend la forme de 29 propositions très détaillées "pour améliorer les actions de sensibilisation et d’accompagnement pour les agriculteurs en difficulté".

"Mais aussi et surtout pour les prévenir du suicide, poursuit Olivier Damaisin. C’est la profession qui connaît le taux le plus élevé de suicide. Si un tabou pouvait exister il y a quelque temps de ça, je crois qu’aujourd’hui, il y a une véritable prise de conscience."

Ainsi, "des choses très concrètes peuvent être mises en place, très rapidement", complète le député du Lot-et-Garonne.

Par exemple, la désignation de référents départementaux vers lesquels les agriculteurs, leurs proches, ou toute autre personne, pourront se tourner en cas de besoin. "Je pense que l’échelon départemental est le bon", glisse Olivier Damaisin.

" Cette prise de conscience est bien réelle en Aveyron, se félicite le député Stéphane Mazars. Des associations comme le groupe CoSE !, qui donne la parole aux agriculteurs et communique avec le public, où encore les Jeunes agriculteurs agissent pour briser l’isolement des exploitants. "

Simplification administrative

" Parmi les mesures que nous pouvons lancer rapidement, la simplification administrative en fait partie, assure Stéphane Mazars, vice-président de la commission des lois à l’Assemblée nationale. De nombreux agriculteurs estiment qu’ils passent trop temps avec de la paperasse, cela rajoute une pression supplémentaire à leur quotidien."

Bien évidemment, d’autres facteurs autres que la lourdeur administrative ou l’isolement entrent en compte : faible rémunération, manque de repos et de recul, le poids des responsabilités, auquel se rajoute un phénomène qui prend de l’ampleur, celui de l’agribashing.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Philippe Henry
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

530 €

CAREL IMMOBILIER vous propose ce superbe appartement neuf de type T1 Bis me[...]

370 €

Cet appartement situé à proximité du lycée Alexi Monteil et de diverses com[...]

318 €

Entrée, cuisine équipée avec placards, plaque et frigo, WC , salle de bains[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?