Basé à Viviez, Paul Saint-Maxent en pince pour la "bûche d’amour"

  • Paul Saint-Maxent en pince pour la "bûche d’amour" Paul Saint-Maxent en pince pour la "bûche d’amour"
    Paul Saint-Maxent en pince pour la "bûche d’amour"
Publié le

La "bûche d’amour" est un gâteau à la broche, dont la pâte est enroulée autour d’un cylindre qui tourne de façon régulière afin de permettre une cuisson homogène dans une sorte de rôtissoire adaptée. La "bûche d’amour", c’est la création de Paul Saint-Maxent.

Un personnage pour le moins étonnant, au parcours atypique. Après avoir été comptable, caissier, vendeur, auditeur, bûcheron, guide de moyenne montagne, cuisinier, maçon, magasinier, après avoir sillonné la France à vélo, après avoir posé ses valises à Paris, en Allemagne, en Irlande et en Slovaquie, il a pris la direction de l’Aveyron voilà quelque temps. "J’ai été accueilli par des amis, à Saint-Affrique et je suis tombé amoureux de ce département", confie-t-il. Aujourd’hui, cet habitant de partout est installé à Viviez, après avoir vécu à La Capelle-Bleys.

Dans le Bassin, qu’il a rejoint pour des raisons familiales et pratiques, Paul Saint-Maxent a aménagé un nouvel atelier où il concocte avec la même passion la "bûche d’amour", le tout en version bio et en privilégiant les circuits courts pour tout ce qui concerne les matières premières employées.

Originaire de Transylvanie, cette cousine éloignée du gâteau à la broche est paraît-il très appréciée en Roumanie et en République Tchèque. Elle peut se fabriquer et se déguster de bien des manières : nature, au sucre cannelle, aux graines de pavot, à la noix de coco, aux amandes ou aux noisettes. Autant de saveurs différentes qui se marient parfaitement à son "écorce" fine et croquante que l’on peut apprécier froide ou chaude. Paul Saint-Maxent sillonne les marchés du département, notamment Rodez, Villefranche-de-Rouergue ou Villeneuve d’Aveyron, ce qui constitue pour l’heure les principaux vecteurs de commercialisation de ses produits. Il a également participé au dernier marché de Noël villefranchois. Il prépare en amont les pâtons, dans son atelier, en respectant toutes les règles de la tradition, qui cuisent et caramélisent ensuite devant les clients.

Même s’il a débuté son activité en pleine pandémie, Paul Saint-Maxent considère que "l’année 2020 n’a finalement pas été si mauvaise". Si, pour l’heure, il reconnaît une certaine baisse de régime liée à la morte saison et aux effets des restrictions sanitaires, il se projette d’ores et déjà sur le printemps et l’été prochains. "J’ai dans l’idée d’adapter la bûche d’amour à la saison estivale. On peut la réaliser sur des cylindres coniques, ce qui me permettra d’en faire un dessert glacé qui, je l’espère, aura du succès auprès des amateurs de bonnes choses."

Pour tout contact et pour plus de renseignements, 07 68 62 44 13. Site web : buchedamour.fr
Paulo Dos Santos
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?