La France Insoumise entend incarner une alternative

  • Les candidats LFI à la Région et leurs soutiens posent devant le Mémorial, symbole de la lutte sociale.
    Les candidats LFI à la Région et leurs soutiens posent devant le Mémorial, symbole de la lutte sociale.
Publié le

"Nous avons tendu la main à toutes les autres formations de gauche, Parti Communiste, les Verts… avec une condition, s’inscrire en opposition à la politique du gouvernement Macron… mais personne ne l’a saisie". Tel est le constat qu’ont dressé, vendredi en fin de matinée à Aubin, Myriam Martin, conseillère régionale, et Manuel Bompard, député européen, têtes de liste de La France Insoumise aux élections régionales de juin prochain.

En campagne dans le Bassin, ils étaient accompagnés du conseiller régional, Guilhem Serieys, et des élus aubinois dont le maire Laurent Alexandre qui a tenu à préciser : " Cet accueil s’inscrit au titre d’élu de la Nation, comme cela l’a été celui de la députée Anne Blanc, ou encore de Mmes la préfète et sous-préfète".

Déçus de ce manque d’enthousiasme des autres formations de gauche, les deux têtes de liste de LFI ont précisé leur démarche : "Nous avons pourtant de nombreuses convergences et nous comptions sur un rassemblement pour répondre en priorité à l’urgence sociale. Car la réalité au niveau de la Région Occitanie, c’est l’argent en millions d’euros distribué à des entreprises sans aucune contrepartie sociale. Nous voulons un plan de relance mais sans suppression d’emplois, voire en créer en s’appuyant sur des activités nouvelles." Des propos qu’ils ont ainsi appuyés : "Localement, l’exemple de la Bosch et de la Sam de Viviez illustre notre volonté de sauver les emplois industriels, en conditionnant les aides financières."

Des électeurs déçus

"Dans ce contexte sanitaire il nous est difficile à tous de mener campagne. De ne pouvoir aller à la rencontre des citoyens pour leur présenter notre programme, en discuter, ne nous arrange pas. Cette situation ne permettra pas de réintéresser à la politique les abstentionnistes, qui pour la plupart se sont écartés des isoloirs déçus par les promesses non tenues des politiques. Nous, nous serons la liste qui respectera ses engagements de campagne. Prenons l’exemple de Solena, à la Région, nous sommes les seuls à nous être opposé à ce dossier."

Proposer une alternative

"Notre adversaire est le Rassemblement National, qui a toujours voté contre toutes les mesures sociales. Soit le contraire de ce qu’ils disent vouloir faire pour les plus précaires. Notre liste veut proposer une alternative à la politique actuelle, dans une démarche d’une Occitanie Populaire, empreinte d’une culture de solidarité et de lutte sociale".

Durant la matinée, les candidats LFI sont allés à la rencontre des électeurs sur le marché de Decazeville. L’après-midi ils devaient rencontrer une délégation de la CGT pour évoquer la préservation de l’emploi industriel en Aveyron puis une délégation de l’Adeba pour évoquer le projet Solena.

GDM
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?