Libraires et disquaires officiellement "essentiels", se réjouit l'Aveyronnais Benoît Bougerol

  • Philosophiques, symboliques ou économiques, les motifs de satisfaction sont multiples pour le patron de la Maison du livre de Rodez.
    Philosophiques, symboliques ou économiques, les motifs de satisfaction sont multiples pour le patron de la Maison du livre de Rodez. Archives CP
Publié le

C'est une victoire pour les professionnels, qui demandaient depuis des mois une révision de la fameuse liste des commerces dits "essentiels"... et donc autorisés à ouvrir en cas de nouveau confinement.

"C'est une bonne nouvelle. La liste a été modifiée, ce que demandait depuis longtemps le syndicat des libraires. Cela signifie qu'en cas de nouveau confinement qui nous concernerait, nous n'aurions pas à refermer". Benoît Bougerol, patron de la Maison du Livre à Rodez et ancien président du syndicat des libraires, a accueilli avec bonheur la décision gouvernementale officialisée vendredi 26 février par la publication d'un décret au Journal officiel.

Il y est stipulé que libraires et disquaires peuvent désormais, en cas de confinement, ouvrir les samedis et dimanches entre 6 heures et 18 heures, une mesure dont pourront bénéficier les villes de Nice et Dunkerque qui entament leur premier week-end de confinement.

Les motifs de satisfaction sont multiples pour Benoît Bougerol. "Philosophiques ou symboliques, puisque nous nous considérons déjà comme commerce essentiel, et toutes les librairies de France et de Navarre ont défendu cette idée", explique-t-il. "Nous sommes satisfaits d'un point de vue économique mais aussi logistique, puisqu'il est plus simple de s'occuper de clients en magasin que du Click and collect. Dans un magasin, par ailleurs, il est possible de choisir, de fureter, ce qui n'est pas possible en ligne", poursuit Benoît Bougerol.

Centre Presse
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?