Inquiets de la future Pac, les agriculteurs de la FDSEA mettent le feu aux quatre coins de l'Aveyron

  • Une centaine d'éleveurs étaient réunis à Millau.
    Une centaine d'éleveurs étaient réunis à Millau. Midi Libre - AGENCE
  • Les éleveurs du Nord-Aveyron se sont donnés rendez-vous près du fameux taureau de Laguiole.
    Les éleveurs du Nord-Aveyron se sont donnés rendez-vous près du fameux taureau de Laguiole. DR
  • A Rodez, plus de 100 tracteurs se sont retrouvés à Bourran, avant un tour de ville.
    A Rodez, plus de 100 tracteurs se sont retrouvés à Bourran, avant un tour de ville. Centre Presse - José A. Torres
  • Grosse mobilisation à Villefranche-de-Rouergue.
    Grosse mobilisation à Villefranche-de-Rouergue. DR - DR
  • A Rodez, plus de 100 tracteurs se sont retrouvés à Bourran, avant un tour de ville.
    A Rodez, plus de 100 tracteurs se sont retrouvés à Bourran, avant un tour de ville. Centre Presse - José A. Torres
Publié le , mis à jour

Le syndicat, avec les JA, a organisé des rassemblements à Rodez, Millau, Villefranche et Laguiole mardi. Il milite pour que la spécificité de l’élevage de montagne soit bien prise en compte dans la prochaine Politique agricole commune.

Après la démonstration de force, il y a maintenant trois semaines, sur le viaduc de Millau, les agriculteurs ont de nouveau frappé un grand coup, mardi soir. Les membres de la FDSEA, le syndicat majoritaire dans le département (et dans le pays), ainsi que des JA, avaient décidé de faire des actions simultanées à travers le département pour peser dans les discussions actuelles autour de la future Politique agricole commune (Pac).

C’est donc à Rodez (150 tracteurs, 300 éleveurs), à Millau (une centaine d’éleveurs), à Villefranche-de-Rouergue (100 tracteurs) et à Laguiole (100 tracteurs, 300 éleveurs) que les manifestants se sont retrouvés, dans ce mouvement très suivi, pour beaucoup en tracteurs, pour allumer des feux. Une action qui a également eu lieu dans d’autres départements du Massif central. À travers cet acte symbolique, les paysans voulaient "lancer un ultime appel" avant ce qu’ils appellent "un réel embrasement des campagnes".

La crainte que les zones montagnes soient oubliées

Si les agriculteurs sont en colère, c’est qu’ils craignent que les futurs accords autour de la redistribution de l’enveloppe financière liée à la PAC en France, qui doivent être décidés par le gouvernement, mettent en danger l’élevage de montagne. "Nous redoutons fortement une baisse sur les certaines aides couplées, s’inquiète le syndicat. Des hypothèses allant jusqu’à – 30 %, voire - 50 % de baisse circulent, ce qui est un risque majeur pour nos fermes, car les soutiens PAC représentent une part importante du revenu des éleveurs."

La FDSEA s’inquiète aussi d’une baisse de l’ICHN, l’indemnité compensatoire aux handicaps naturels, dont bénéficient les éleveurs aveyronnais. Si ces enveloppes venaient à diminuer, c’est que l’Etat doit trancher entre les filières à aider. Et les agriculteurs aveyronnais s’inquiètent notamment que l’argent qu’ils recevaient jusque-là, et qui est indispensable à la survie de nombreuses exploitations, ne soit transféré vers les productions végétales.
Mardi soir, la FDSEA a montré une nouvelle fois qu’elle était capable de se mobiliser et de se faire voir quand il s’agit de se battre pour sa survie et de celle de tout un territoire.

Voir les commentaires
L'immobilier à Villefranche-De-Rouergue

235000 €

Cette maison de ville en pierre superbement rénovée sur trois étages à deux[...]

48000 €

Terrain plat et en pente douce de 2 897 m², constructible sur environ 1 400[...]

137800 €

Sur les hauteurs de Villefranche, dans quartier calme, sur terrain de 1000 [...]

Toutes les annonces immobilières de Villefranche-De-Rouergue
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Anonyme13114 Il y a 3 mois Le 10/03/2021 à 08:04

Au delà de l'inquiétude légitime des agriculteurs constater que les exploitations ne survivent que grâce aux fruits des impôts des contribuables est consternant.