Déchets : le Sydom de l'Aveyron cherche le soutien des parlementaires

Abonnés
  • Jean-François Rousset, président du Sydom.
    Jean-François Rousset, président du Sydom. Centre Presse - Ph.H.
Publié le

Le Syndicat départemental des ordures ménagères (Sydom) a invité les trois députés et les sénateurs afin qu’ils soutiennent les deux projets d’ampleur : Kerea à Viviez et Ecotri à Millau.

Une année 2021 charnière pour le Sydom qui mène deux grands projets de front : Kerea, à Viviez et Ecotri, à Millau. Pour Jean-François Rousset, nouveau président du Syndicat départemental des ordures ménagères (Sydom), l’enjeu est de taille et les soutiens "doivent être nombreux. Et de ceux qui nous représentent en particulier". Ainsi, hier midi, les trois députés du département (Arnaud Viala, Stéphane Mazars et Anne Blanc), et les deux sénateurs (seul Alain Marc était présent) ont été invités afin que les représentants du Sydom leur livrent "tous les éléments nécessaires à la compréhension des projets et surtout, pour qu’ils puissent le défendre sans crainte".

Dans le cadre d’une Délégation de service public (DSP) qui court sur 25 ans, commencée le 1er juillet dernier, le Sydom, en tant que propriétaire de l’usine, s’est engagé à exercer le contrôle, au quotidien, des activités de la future usine pour un strict respect du cahier des charges.

Confiance

Sauf que, dans le bassin, la future usine de retraitement des déchets a provoqué la défiance des populations riveraines, regroupées dans l’association Adeba (Association de défense de l’environnement du Bassin et alentours). Au moins deux recours ont été déposés par l’association. " Des recours non-suspensifs, précise Jean-François Rousset. Le projet n’est donc ni à l’arrêt, ni ralenti. Seulement, cela peut provoquer une certaine frilosité de confiance de certains, y compris des banques qui pourraient se porter au soutien du projet."

Quoi qu’il en soit, "ces deux dossiers doivent avancer, prévient Jean-François Rousset. Nous avons un calendrier à respecter qui prévoit toujours une mise en service en 2024."

"Nous devons faire comprendre au plus grand nombre qu’il s’agit d’un projet particulièrement vertueux", martèle le président du Sydom. Le président en veut pour preuve les chiffres affichés comme objectif : 15 000 tonnes par an d’ordures ménagères résiduelles valorisées, soit 26 % du total. "Nous sommes en discussion permanente lorsque des questions sont posées, le projet évolue sans cesse", glisse Jean-François Rousset.Une campagne de communication sera lancée très prochainement pour expliquer aux Aveyronnais quelles seront les nouvelles habitudes de tri, concernant en particulier les biodéchets. "Ils seront collectés en même temps que les OMR (ordures ménagères résiduelles) mais avec des sacs séparés de couleurs différentes, sans changer les tournées de collectes", détaille la directrice du Sydom, Sandrine Hoareau qui souligne à son tour "l’importance de mettre en place ce projet, rapidement".

En chiffres

57,6 millions d’euros d’investissement sur le projet Kerea, porté par Solena, à Viviez.

38 emplois directs créés, d’après le Sydom.

70 % des déchets entrants doivent être valorisés, avec 30 % de déchets enfouis contre 100 % aujourd’hui

21,2 millions d’euros d’investissement pour la modernisation du centre de tri de Millau. Il s’agit d’augmenter la capacité du site pour collecter, à terme, 25 000 tonnes issues des collectes sélectives. Les travaux vont s’échelonner jusqu’au mois d’octobre 2022. Les nouvelles procédures, permettant l’extension des consignes de tri, seront mises en place à la fin de cette année.

 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
1€/mois
Philippe Henry
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

140000 €

BAISSE DE PRIX : A vendre RODEZ, T4 rénové de 92m² , traversant et lumineux[...]

370 €

Vous cherchez un logement dans une résidence calme et sécurisé ?Dans un sec[...]

125000 €

RODEZ GOURGAN, appartement avec 2 chambres. Cadre de vie privilégié dans ce[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?