Usine Bosch de Rodez : à l’issue des discussions avec la direction, "le compte n’y est pas" pour la ministre

  • Agnès Pannier-Runacher veut des engagements écrits de Bosch sur l’avenir du site et un calendrier précis.
    Agnès Pannier-Runacher veut des engagements écrits de Bosch sur l’avenir du site et un calendrier précis. Centre Presse - José A. Torres
Publié le , mis à jour
Guilhem Richaud et Mathieu Roualdès

Agnès Pannier-Runacher veut des engagements écrits de Bosch sur l’avenir du site et un calendrier précis.

Un ton ferme. À l’issue de la table ronde avec les élus du territoire, les syndicats de l’usine Bosch d’Onet-le-Château et la direction de l’entreprise, qui a annoncé il y a quinze jours maintenant la suppression de 750 emplois, Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée en chargée de l’Industrie a annoncé que "le compte n’y était pas".

"Le projet qui est annoncé n’est pas suffisamment étayé et crédible pour qu’on puisse s’en satisfaire, a-t-elle lancé, à l’issue de la réunion, en fin d’après-midi vendredi. On ne peut pas se satisfaire d’autant de suppressions d’emplois, mais on ne peut pas non plus se satisfaire d’un engagement de maintenir autant d’emplois sans avoir de projet industriel derrière. J’ai solennellement, avec les élus autour de moi, demandé à Bosch qu’ils prennent leur responsabilité qui doit être celle d’un grand groupe, qui a des sites sur le territoire français, et qui est parfaitement capable d’engager une véritable diversification, avec des activités crédibles et des emplois à la clé car je ne laisserai pas cette usine disparaître."

Un comité mensuel et un retour dans trois mois

Après cette réunion, la ministre a demandé des avancées précises sur la diversification, avec notamment des engagements écrits et un calendrier précis. Elle a demandé la mise en place d’un comité mensuel pour suivre le dossier et s’est engagée à revenir à Rodez dans trois mois.

A lire aussi : Aveyron : les salariés de l’usine Bosch d’Onet-le-Château défilent dans les rues de Rodez

A lire aussi : Manif à Rodez pour l’usine Bosch : le cortège à l’arrêt, syndicalistes, ministre et direction en réunion

A lire aussi : Bosch : l’échange houleux d’Agnès Pannier-Runacher avec les manifestants à Rodez

Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

68000 €

À vendre RODEZ, proche pôle universitaire, studio ayant bénéficié d'une rén[...]

119000 €

Au troisième étage d'une copropriété située à 5 minutes de l'hyper centre. [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (1)
Anonyme11542 Il y a 2 années Le 19/03/2021 à 21:04

Quand le manège enchanté joue du pipeau........... Au revoir au revoir " non pas Monsieur le Professeur" mais sans doute Messieurs les salariés.....