Aveyron : plus de trois siècles d’agriculture pour la famille Maurel à Concourès

  • Romain Maurel a repris l’exploitation familiale à Concourès. La famille est présente sur ces terres depuis au moins 1630. 	Photos Philippe Henry
    Romain Maurel a repris l’exploitation familiale à Concourès. La famille est présente sur ces terres depuis au moins 1630. Photos Philippe Henry
  • Les produits issus de cette transformation sont vendus directement à la ferme ou sur le marché de Marcillac, le dimanche matin.
    Les produits issus de cette transformation sont vendus directement à la ferme ou sur le marché de Marcillac, le dimanche matin.
  • Romain Maurel a repris l’exploitation familiale à Concourès. La famille est présente sur ces terres depuis au moins 1630. Photos Philippe Henry
    Romain Maurel a repris l’exploitation familiale à Concourès. La famille est présente sur ces terres depuis au moins 1630. Photos Philippe Henry
  • Plus de trois siècles d’agriculture  pour la famille maurel à concourès
    Plus de trois siècles d’agriculture pour la famille maurel à concourès
  • Plus de trois siècles d’agriculture  pour la famille maurel à concourès
    Plus de trois siècles d’agriculture pour la famille maurel à concourès
Publié le

Un peu à l’écart du village de Concourès, la famille Maurel vit depuis des siècles des fruits de cette terre parfois rude du causse Comtal. Leur cheptel de 350 brebis produit du lait pour Roquefort, en bio, mais sert également pour la confection de savons, de shampoings solides et bien évidemment de fromages, de yaourts, etc. Une gamme de produits nommés "Les fables de la terre"… Tout une histoire.

Depuis 1650, la famille Maurel vit et cultive ces terres du Causse Comtal qui peuvent paraître ingrates au premier regard. Mais où les brebis s’accommodent parfaitement de ces pâtures. Depuis des siècles donc, agriculteurs de génération en génération, les Maurel ont adapté leur travail à ce relief si particulier. La nouvelle génération est toujours ancrée dans ce territoire, à Concourès. Aujourd’hui, à la tête de l’exploitation familiale, Romain Maurel cultive savamment cet héritage tout en se projetant dans l’avenir. Pendant des décennies, le lait de leurs brebis était destiné à la production de Roquefort.

350 brebis

En 2008, l’exploitation a été convertie au bio. "Je ne fais surtout pas de leçons à personne, mais je ne me verrai pas revenir en arrière, souligne Romain Maurel. C’est une manière de travailler qui me correspond, qui est en adéquation avec mes valeurs. J’ai mis plusieurs années à m’en rendre compte, le chemin a été long. Et ce n’est pas forcément une évidence lorsque l’on s’installe."

En 2018, l’idée d’utiliser une partie de la production des 350 brebis qui composent le cheptel de la ferme est arrivée à maturité. "Nous avions l’envie de transmettre notre histoire, celle de notre ferme à travers des produits que nous pouvions fabriquer ici", explique Romain Maurel.

Avec sa compagne, Sandrine, il souhaite perpétuer l’état d’esprit qui anime la famille depuis des générations : sensibilité, humilité et travail. Et l’éleveur de préciser : "Nous faisons cela en famille, rien n’est possible sans eux". "Nous formons une belle équipe", sourit-il.

Mais avant de sortir le premier produit, Romain et Sandrine ont dû apprendre, se former et se perfectionner. Quelle image donner ? Comment transformer le lait brut en fromage de caractère ? "Nous avons eu la chance de rencontrer des gens efficaces. Sandrine a ainsi pu apprendre toutes les étapes de la fabrication nos produits, rapidement".

Un tout nouveau laboratoire, inauguré il y a quelques semaines seulement permet donc de fabriquer les yaourts, les faisselles et le lait pasteurisé, ainsi que les fromages lactiques frais ou affinés élaborés tout récemment. Les cosmétiques (savons et shampooings solides) sont conçus en partenariat avec l’atelier technologique du lycée de Saint-Flour. Une première fabrication de cosmétiques a été lancée, fin de l’année dernière. "Et le succès a vraiment été au rendez-vous, nous étions les premiers surpris", glisse Romain Maurel.

Sur le marché de Marcillac, tous les dimanches matin, l’agriculteur revêt ses habits de commerçants. Une nouvelle facette qui lui permet "d’échanger autour de nos produits, de notre métier. Sortir de son exploitation et aller à la rencontre des autres, c’est primordial pour évoluer et s’épanouir." La famille Maurel semble avoir trouvé l’alchimie parfaite entre l’ouverture vers de nouveaux horizons et en même temps, s’ancrer un peu plus sur son territoire.

Une vente à la ferme est proposée tous les mardis de 17 heures à 18 heures. Aussi, il est également possible de passer commande par mail contact@lesfablesdelaterre.fr ou par téléphone au 06 16 51 28 98.

Plus de renseignements sur le site internet lesfablesdelaterre.fr

Le lait issu de la traite est directement utilisé pour la confection des produits. Dans un tout nouveau laboratoire, la famille Maurel confectionne les produits qui seront vendus sous le nom : "Les fables de la terre".

Philippe Henry
Voir les commentaires
L'immobilier à Sébazac-Concourès

95000 €

Charmante grange à rénover dans un environnement protégé, sur un terrain d'[...]

185000 €

Rare à Sébazac-Concourès ! Magnifique appartement T4 traversant au premier [...]

218000 €

SÉBAZAC : . Villa de 100 m² sur deux niveaux, composée au rez de chaussée d[...]

Toutes les annonces immobilières de Sébazac-Concourès
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?