Sites inaccessibles, cyberattaques… : les échecs du premier jour d'école à la maison

  • Les enseignants aussi (comme ici à Souyri) font l'école à la maison.
    Les enseignants aussi (comme ici à Souyri) font l'école à la maison. Archives CP - Correspondant
Publié le

Depuis ce mardi matin, alors que les élèves retrouvent l'école à distance en ce premier jour de troisième confinement, une partie des plateformes numériques de l'Education nationale sont en panne. Explications.
 

12 700 000 élèves, de la maternelle au lycée, ne vont pas en classe et doivent travailler à domicile cette semaine pour limiter les déplacements et lutter contre le Covid-19. Difficile pourtant de se connecter aux différents outils numériques du ministère de l'Education Nationale depuis le début de la journée. La connexion est impossible. Se connecter à "Ma classe à la maison" n'a pas fonctionné entre 8 heures et 10 heures principalement.  Plusieurs internautes signalent des dysfonctionnements sur la plateforme du Cned (Centre national d'éducation à distance). Le système devait accueillir les cours des élèves forcés (encore une fois pour certains) d'étudier depuis chez eux.

Une cyberattaque?

En déplacement, le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a reconnu des dysfonctionnements sur le site du CNED. Il évoque une possible cyberattaque provenant de l'étranger,  "pour (...) empêcher les serveurs de fonctionner. Le travail technique est en train d'être fait pour rétablir cela. Fort heureusement, cela ne touche pas tout le monde partout", a détaillé le ministre. Lors du premier confinement, en 2020, le site du Cned avait déjà été l'objet d'un piratage visant à saturer le réseau.

En ce qui concerne les ENT (Espace numérique de travail), plusieurs sont également saturés, "fortement ralentis, voire inaccessibles ce matin", indique un communiqué du ministère de l'Education Nationale. C'est le cas en Occitanie, en Île-de-France ou dans les Hauts-de-France. Et plusieurs enseignants signalent des bugs récurrents. Le ministre de l'Education plaide pour un problème du côté de l'hébergeur OVH après l'incendie de Strasbourg. Sur Twitter les internautes dénoncent le sous-dimensionnement des serveurs inhérents à ses sites web.

Pour l'heure, la situation reste délicate sur la majorité des plateformes impactées. Malgré toutes ces difficultés, le ministère de l'Education nationale indique que 500 000 élèves et enseignants ont pu accéder aux sites de "Ma classe à la maison" et que 150 000 classes virtuelles sont actives.

 

 

B. P. (ML) et Cy. B. (DDM)
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?