Impôt sur le revenu : télétravail, prime Covid, heures supplémentaires, ce qu'il faut ou pas déclarer

  • Sauf exception, la déclaration en ligne, sur internet, est la règle.
    Sauf exception, la déclaration en ligne, sur internet, est la règle. Capture d'écran -
Publié le

Ce jeudi 8 avril marque le coup d'envoi de l'ouverture en ligne de la déclaration d'impôt sur les revenus. Avec un certain nombre de nouveautés. On fait le point sur ce qu'il faut faire ou pas afin d'éviter les erreurs.

La campagne de l'impôt sur le revenu débute ce jeudi 8 avril. Elle concerne 38,5 millions de contribuables. Avec, cette année, plusieurs nouveautés. 

Fini la déclaration papier sauf exceptions

S’il y a encore des réfractaires pour faire sa déclaration sur internet, le papier, c'est bel et bien terminé. Comme l'an dernier, la déclaration se fera obligatoirement en ligne, à quelques exceptions près. Seules les personnes qui n'ont pas de connexion internet, pour les personnes âgées ou handicapées. 

Exonérations sur les frais de télétravail 

Parmi les nouveautés, on retrouve notamment les exonérations d'impôts liées au télétravail. Autrement dit, en cas de prise en charge par l’employeur des frais de télétravail sous forme d’allocation forfaitaire, Bercy indique que celle-ci "sera présumée exonérée dans la limite annuelle de 550 €, à raison de 2,5 € par jour de télétravail à domicile, soit une exonération de 50 € pour un mois comprenant 20 jours de télétravail".

Pas d'impôts sur la prime exceptionnelle Covid

Autre nouveauté, la prime exceptionnelle versée aux salariés en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19 sera elle aussi exonérée dans une limite de 1 500 €.

Smic et prime de pouvoir d'achat

Comme le rapportent nos confrères de LCI, il n'y aura pas d'impôt non plus pour les salariés qui ont perçu un salaire inférieur à trois fois le Smic sur les douze derniers mois et qui ont perçu une prime de pouvoir d'achat en 2020. Cette prime Macron n'est pas imposable dans la limite de 1 000 € (2 000 € si l'employeur met en œuvre un accord d'intéressement).

Les heures supplémentaires défiscalisées

Les heures supplémentaires seront aussi défiscalisées dans une limite annuelle de 5 000 €. Cette limite grimpe à 7 500 € si ces heures supplémentaires ont été effectuées entre le 16 mars et le 10 juillet 2020 pendant l'état d'urgence sanitaire.

Des dates limites en fonction de son département

Concernant la date limite, le calendrier s'étale sur plusieurs semaines. 

Les départements dont la numérotation est comprise entre le 01 (Ain) et le 19 (Corrèze), l'Aveyron est donc concerné, doivent remplir leur déclaration avant le 26 mai, le 1er juin pour ceux situés entre le numéro 20 (Corse) et le 54 (Meurthe-et-Moselle) et enfin le 8 juin pour les départements des départements 55 (Meuse) à 976 (Mayotte).

Les retardataires risquent une majoration qui peut grimper jusqu'à 40 % du montant de l'impôt.

Jennifer Franco
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?