Aveyron : des "leviers" d’attractivité à réinventer ?

Abonnés
  • Le Département consacre chaque année près de 300 000 € pour sa promotion.
    Le Département consacre chaque année près de 300 000 € pour sa promotion. Centre Presse
Publié le

Les décès étant historiquement plus nombreux que les naissances, c’est au solde migratoire que l’Aveyron doit son gain de population. Il faut mieux équiper autant que "vendre" l’Aveyron, une recette appliquée de longue date qui semble aujourd’hui trouver ses limites, sous sa forme actuelle du moins. Alors que l’Aveyron a gagné plusieurs milliers d’habitants chaque année entre 1999 et 2015, il n’enregistre, selon les dernières données de l’Insee, que 60 habitants supplémentaires entre 2018 et 2020.

Le constat est alarmant et a incité Jean-Claude Luche, à l’occasion de son départ de l’hémicycle du conseil départemental le 12 mars, à souhaiter "bon courage" à ses collègues pour inverser la tendance. "Je ne sais pas si un jour cet Aveyron aura 300 000 habitants, mais le défi majeur de la prochaine mandature et peut-être des suivantes, restera démographique…". S’il semblait peu optimiste...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
Xavier Buisson
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?