ETRE, l'école de la transition écologique

  • A Lahage, en Haute-Garonne, la menuiserie est la spécialité de la première école de la transition écologique, ETRE.
    A Lahage, en Haute-Garonne, la menuiserie est la spécialité de la première école de la transition écologique, ETRE. Déborah Dutrey
Publié le

(ETX Studio) - Frédérick Mathis a créé ETRE, la première école qui forme les jeunes en rupture scolaire aux enjeux de la transition écologique. Un modèle d'école novateur, gratuit et moteur de la diversité, qui tente de donner une alternative à des profils qui ne demandent qu'à s'engager. Entretien avec son fondateur.


Qu'est-ce que ETRE, l'école de la transition écologique ?

C'est une école pour former les jeunes en rupture scolaire aux enjeux et aux métiers de la transition écologique. La théorie se fait par l'expérimentation sur le terrain et la rencontre avec des professionnels. C'est une opportunité pour ces jeunes en perte de repère d'opérer eux aussi une transition dans leur vie et de s'intégrer comme citoyen à part entière dans la société. 

Comment et pourquoi êtes-vous venu à créer ETRE ?

La thématique de la transition écologique est apparue assez vite aux alentours des années 2005. J'ai commencé à faire des actions dans les quartiers de Toulouse pour sensibiliser les jeunes à ces questions d'environnement et je me suis rendu compte qu'ils n'étaient pas hyper intéressés par le sujet. Alors je me suis dit qu'on allait partir à la campagne, à 40 kilomètres de Toulouse dans mon village d'enfance, pour les sortir de leur contexte quotidien et les mettre en action. Parmi les 10 ou 15 jeunes en décrochage scolaire avec qui on partait une dizaine de jours, un tiers d'entre eux revenait pour me dire qu'ils aimeraient bien continuer. Petit à petit, on a imaginé des formations jusqu'à arriver à la formule qui a été mise en place à Lahage dès 2017. Je me souviens d'une phrase d'une jeune qui nous a dit : "Vous avez créé une école pour les jeunes qui n'aiment pas l'école".

Quelles formations retrouve-t-on dans cette école ?

Il existe quatre types de dispositifs dans l'école. Tout d'abord, celui de la "remobilisation" qui accueille des jeunes qui ont quitté l'école à 16 ans, qui ne savent pas ce qu'ils veulent faire. Ce module est axé autour de la pratique et de l'expérimentation sur les métiers de l'environnement. Ensuite il y a la "formation pré-qualifiante" qui dure entre 6 et 9 mois, où les jeunes travaillent sur la compréhension des questions de la transition jusqu'à la façon d'agir concrètement au quotidien. Puis enfin, il y a la formation qualifiante où les jeunes passent un diplôme et répondent à des commandes concrètes des collectivités, des entreprises. Dans l'école de Lahage, on y délivre un CAP Menuiserie par exemple et bientôt un diplôme sur le maraîchage.

Et le quatrième dispositif ?

C'est un dispositif plus global. On travaille sur la notion de l'engagement et du sens qui est le lien entre tous ces modules, car un jeune du module "remobilisation" va pouvoir ensuite accéder, s'il le souhaite, aux autres. Dans ce dernier, on y fait principalement de l'accompagnement de création d'association ou d'entreprise.

Il y a plusieurs écoles en France. Quelles différences existe-t-il entre elles ? 

Chaque école a une couleur différente. C'est-à-dire qu'on va retrouver un cœur de métier propre à la région. A Lahage (Haute-Garonne), on travaille la menuiserie ; dans l'Hérault on travaille sur l'assainissement naturel et l'agriculture biologique ; à Argentonnay (Deux-Sèvres), on travaille sur la rénovation écologique ; à Paris, on travaille sur les métiers du vélo. Le but est de créer un réseau, afin de permettre, comme cela a été le cas par exemple, à des élèves de Paris qui souhaitent poursuivre dans la menuiserie de venir à Lahage.

Comment recrutez-vous les élèves ?

Nous essayons de recruter des groupes de 8 à 12 élèves pour qu'ils puissent travailler ensemble et les mettre en activité, car pour certains la passivité est dévastatrice. Ces groupes sont composés à 80% des jeunes en transition au parcours complexe (décrochage, déscolarisation, etc.) et 20% de personnes en reconversion professionnelle, des réfugiés, des gens d'un peu tout horizon. On mise beaucoup sur la mixité des publics pour amener d'autres réflexions et nourrir les parcours des uns et des autres.

Vous parlez d'école gratuite, mais comment financez-vous ces structures concrètement ?

Aujourd'hui, ce sont principalement les régions qui financent les écoles. En Occitanie, les écoles de la transition écologique sont reconnues et cela permet d'accéder à des financements. Les jeunes ont un statut d'étudiants en formation professionnelle, qui se rapproche de celui de l'École de la deuxième chance. Nous faisons partie aussi du réseau des associations partenaires de la Fondation Nicolas Hulot qui nous apporte un soutien financier, et plus largement un rayonnement national.

Vous avez des projets pour 2021 ?

Oui, l'ouverture de nouvelles écoles, notamment dans les Pyrénées-Orientales ou encore dans l'Allier où nous mettrons en place des formations en maraîchage par exemple. Avec la pandémie, les projets ont un peu été ralentis, mais en tout, un peu plus de 5 écoles vont ouvrir en 2021. Nous travaillons aussi sur d'autres projets, notamment sur la dimension européenne que l'on veut donner à ce réseau. On veut mettre en place des échanges d'élèves et des partenariats avec d'autres écoles en Europe. Il y a deux projets de création d'écoles en Grèce et à Chypre à ce jour, car nous avons vraiment la volonté de créer un réseau pour favoriser et formaliser le compagnonnage entre écoles.

Relaxnews
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?