Aveyron : le numérique, un outil pour lutter contre les effets de la crise

Abonnés
  • L’entreprise emploie une petite trentaine de personnes dans ses locaux de Saint-Georges-de-Luzençon.
    L’entreprise emploie une petite trentaine de personnes dans ses locaux de Saint-Georges-de-Luzençon. Archives J. B.
Publié le

Confrontée à la fermeture, pour la troisième fois, des points de vente à cause de la crise sanitaire, Bleu de Chauffe a choisi d’investir massivement sur le numérique. L’occasion de conquérir de nouveaux marchés, notamment à l’international.

"On n’a pas le moral dans les chaussettes, mais on a forcément eu une journée difficile avec l’annonce du troisième confinement. Puis on relève la tête et on se remet au travail." Alexandre Rousseau ne le cache pas. Pour le cofondateur de la marque de maroquinerie aveyronnaise Bleu de Chauffe, l’annonce de la fermeture, pour la troisième fois, des boutiques qui commercialisent ses produits est...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 1€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 23h15 la veille
  • Publicités limitées
RICHAUD Guilhem
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?